Walt Disney World et Universal Orlando : de foules et de files d’attente

La dernière portion de notre voyage en Floride en véhicule motorisé s’est déroulée à Orlando. Notre pied-à-terre était le Fort Wilderness Resort, le camping du Walt Disney World Resort.

Ce camping contraste avec ceux où nous avons campé précédemment par sa grande quantité d’arbres matures et les nombreuses pommes de pin qui saupoudrent le sol. Les toilettes et douches sont d’un chic mais nous voilà confrontés à des indésirables : les moustiques.

Nos deux jours ici ont été dédiés aux parcs d’attractions pour les familles. Le premier : Walt Disney World.

Nous avons mis le cap sur Epcot, car nos souvenirs d’une visite antérieure nous dictaient une urgence : revisiter Soarin. Ce « manège » est un voyage aérien en 4D au-dessus des splendeurs de la Californie. En nous dirigeant vers l’entrée, ma fille et moi, d’un pas pressé (il y a foule comme une foule de foules), mes oreilles ont capté la voix d’un papa : « Do you want my Fast Pass ? » Fast et Pass sont les mots magiques à WDW. J’ai attrapé ma fille par le t‑shirt, j’ai stoppé notre course et je me suis retournée vers le papa en question :

- « What did you say ? »

- « Do you want my Fast Pass for Soarin ? »

- « AAAAAAAhhhh! Pour quelle heure? »

- « Maintenant… »

- « AAAAAAhhhh ! OUI ! Thank YOU !! »

Les Fast Pass font le bonheur de ceux qui les ont, et le malheur de ceux qui ne les ont pas. Le Fast Pass est un billet qu’on obtient dans une borne distributrice et qui nous indique de revenir à une heure donnée pour faire le manège et sans attendre en file d’attente. Les Fast Pass partent toutefois comme de petits pains chauds et les détenteurs doivent avoir un bon sens de l’organisation de leur horaire de la journée pour respecter les heures indiquées.

Nous avons donc attrapé les Fast Pass du gentil papa et 4 minutes plus tard, nous nous envolions au-dessus de la Californie.

À la sortie de Soarin, ma fille et moi nous sommes retrouvées le nez collé sur le panneau numérique qui indiquait le temps d’attente pour ce manège : 150 minutes !!!

Petit exercice mathématique : 150 minutes, ça veut dire 2 heures et 30 minutes. Petit exercice de traduction : si nous n’avions pas croisé le gentil papa, ma fille et moi aurions été obligées d’attendre 2 heures et 30 minutes pour voir Soarin ! En état de choc post-exercice-mathématique, ma fille et moi nous sommes regardées dans les yeux, les genoux tremblants, au bord de l’asphyxie…

Comme une seule journée nous permettait de voyager au pays de Mickey, nous avons tout de suite mis le cap sur Magic Kingdom. Le Château, l’avenue des boutiques et Space Mountain nous interpellaient.

Arrivées sur place, nous constatons l’horreur de chez l’horreur : Space Mountain : 100 minutes d’attente ! Nous faisons le tour des autres manèges : ici 75 minutes, là 120 minutes, puis là 90 minutes…

Au bord des larmes, ma fille s’écroule sur un banc…

Photo : Isabelle Chagnon

Sonnée par tous ces temps d’attente horribles, j’aborde une maman dans la file d’attente de Space Mountain :

- « Vous allez attendre 100 minutes avec vos enfants ? »

- « Ben oui, pas le choix. C’est comme ça partout. »

- « Il est 18 h. Vous avez fait combien de manèges dans votre journée ? »

- « Trois… »

Je suis tombée à la renverse. J’ai retrouvé ma fille et nous avons procédé aux éliminations pour en arriver à un seul manège. Autrement, c’est retour au camping sans avoir pu faire quoi que ce soit. Nous avons arrêté notre choix sur Space Mountain. Nous avons donc fait la queue et attendu 95 minutes…

…95 minutes d’attente avec des enfants partout, ça ressemble à ceci : au bout de 30 minutes, deux ont commencé à lécher les rampes, un autre s’est mis à pleurer, quatre frères se sont tapés dessus, deux autres ont refusé de mettre les pieds par terre (les parents ont dû les maintenir sur leurs épaules et dans leurs bras), etc. Au final, Space Mountain s’est avéré un manège fantastique, mais les 95 minutes d’attente nous ont brisé le moral.

Le lendemain a été consacré à Universal Orlando, où le tout nouveau parc Wizarding World of Harry Potter vole la vedette.

Ma fille avait fondé beaucoup d’espoir sur la visite de ce parc, mais voilà que la foule a encore une fois tué son enthousiasme (et le mien et celui du papa). La visite du château nécessitait 90 minutes d’attente et les petites unités où des numéros spéciaux se produisaient à l’intérieur (on n’a jamais su lesquels, trop de monde) affichaient de 45 à 55 minutes d’attente sous une chaleur écrasante. Ma fille a donc passé sa frustration sur les dragées et grenouilles en chocolat de la boutique à bonbons… La consolation : les vitrines joliment décorées qui rappellent les particularités de l’univers d’Harry Potter.

Photo : Isabelle Chagnon

Dans mon prochain billet, je vous donne un aperçu de la liste des règlements en vigueur quand on séjourne dans un terrain de camping avec son animal de compagnie.


 
Guides de voyage Ulysse vous recommande
Guide Ulysse Disney World et Orlando

 

 

 

 

 

 




0 commentaires pour “Walt Disney World et Universal Orlando : de foules et de files d’attente”
  1. Aucun commentaire

Commentez cet article