Archive pour la catégorie 'Asie'

Le Tibet, le Dalaï-Lama et la citoyenneté globale

Amis du Tibet et partisans d’une société plus responsable, réjouissez-vous! Le Dalaï-Lama sera à Montréal dans quelques jours, le 7 septembre, pour donner une conférence sur un thème très actuel : « Citoyenneté globale à travers une responsabilité universelle ». (Les intéressés trouveront sur la page Facebook de l’événement un lien pour l’achat de billets sur le réseau Admission).

Vous savez sans doute que pour la première fois, le 27 avril, la communauté tibétaine en exil s’est choisi un chef politique, élu pour cinq ans, Lobsang Sangay : une passation de pouvoirs souhaitée par le Dalaï-Lama, qui peut désormais se consacrer à sa mission de chef spirituel des Tibétains. Les enjeux et la portée de cette élection sont d’ailleurs présentés avec beaucoup de pertinence dans un article en ligne du Nouvel Observateur.

En cette période de transition, il est important de nous tourner en pensée vers le Tibet. Les autorités chinoises sont conscientes que pour le reste du monde, le peuple tibétain reste un peuple opprimé par ses occupants, mais aussi un modèle de courage et de persévérance. Après cinquante ans d’isolement au cœur de l’Himalaya, le Tibet garde un rayonnement international…

Dans nos actions, nos voyages et nos témoignages, par le biais des médias sociaux, nous pouvons soutenir cette prise de conscience – et nous en inspirer pour progresser, individuellement et collectivement, vers une citoyenneté globale.

 


Obtenez plus d’information sur le Tibet avec Ulysse




Sous les yourtes de Mongolie, une aventure intemporelle

Je viens de relire avec émotion un récit de voyage fascinant : Sous les yourtes de Mongolie. Son auteur, Marc Alaux, qui s’est totalement impliqué dans ses voyages à pied en Mongolie, nous offre ici un ouvrage profondément sincère, où l’enseignement exigeant de la steppe lui permet d’accéder à une autre façon d’être au monde.

Il nous en parle avec une franchise qui donne parfois le vertige, tant il s’est parfois trouvé à la limite de ce qu’il connaissait. À travers lui, nous vivons quelque chose de fort et d’essentiel, qui nous concerne directement. Je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer ce passage éloquent :

« Aux yeux de l’Occidental, le temps est une somme de minutes à contrôler. Pour l’habitant des steppes, il s’agit d’une succession d’instants qui s’évanouissent en se substituant les uns aux autres, et sur lesquels il a peu de prise. Chaque événement en remplace un autre de même qu’une naissance fait oublier un décès. Dès lors, la maîtrise d’une situation par un individu ne se conjugue qu’au présent, sa compréhension de l’environnement n’est que saisonnière. La steppe s’affirme dans l’esprit de ses fils comme le reflet de leur conception de l’univers, élément fluide qui s’étire à l’infini, en perpétuelle régénération, et qui les invite à se laisser porter par le destin. »

Bonne lecture, et si ce récit vous touche, sachez que l’ensemble de la collection « Sillages », chez Transboréal, est conçu dans le même esprit : des parcours très personnels accompagnés d’une véritable réflexion, déroulée au fil des découvertes qui l’ont engendrée.




Émouvante Birmanie

Cette semaine, j’aimerais vous parler d’un pays qui me fascine depuis plusieurs années déjà : la Birmanie. Ceux qui ont eu l’occasion de le visiter s’accordent pour dire que c’est un lieu à part en Asie du Sud-Est, notamment pour la qualité très palpable de sa spiritualité ambiante, qui n’est pas seulement propre aux lieux saints, mais qui vous enveloppe un peu partout.

Ces multiples lieux sacrés, qui vont de la modeste pagode de village à l’étrange constellation de stupas ornant la vallée de Bagan, en passant par l’impressionnante pagode de Shwe Dagon à Rangoon, sont entretenus et fréquentés avec dévotion par les Birmans. Beaucoup trouvent d’ailleurs dans les enseignements libérateurs du bouddhisme le courage nécessaire pour affronter un quotidien souvent difficile, voire éprouvant.

Malgré un cadre de vie qui peut nous paraître idyllique, et une propension naturelle à l’harmonie qui se reflète autant dans la structure des maisons et des champs que dans la ligne des barques et des objets usuels, la population birmane doit composer avec des ressources accessibles au compte-gouttes (notamment énergétiques), et surtout avec l’omniprésence de l’armée, corollaire d’un régime qui depuis vingt ans s’impose par l’intimidation, la surveillance constante et la répression.

C’est pourquoi il est important d’aller en Birmanie en évitant les hôtels du gouvernement, pour choisir au contraire de petits établissements familiaux, et en sachant que toute question liée à la situation politique (au sens large) risque d’inquiéter vos interlocuteurs birmans, voire de les mettre dans une situation délicate, selon le contexte où se déroule la discussion.

Certaines agences de voyages travaillent d’emblée avec cette approche : je vous transmets ici la référence fournie par un couple d’amis voyageurs, qui a beaucoup apprécié l’expérience de ses trois semaines en Birmanie proposées par Explorateur.

Aung San Suu Kyi, figure de proue du mouvement qui lutte pour un retour à la démocratie, a été récemment libérée d’une assignation à résidence qui a duré presque deux décennies. Pour les Birmans comme pour les visiteurs, c’est une très belle fenêtre d’espoir… Le magazine Foreign Policy l’a désignée en 2010 comme l’une des cent « Global Thinkers » de la planète, honneur mérité qu’elle commente avec une simplicité et une sagesse profondément émouvantes, dont bien des décideurs devraient s’inspirer.

Pour en savoir plus sur la Birmanie, son quotidien, son histoire et ses bouddhas, les éditions Olizane sont une bonne source de référence : récits à la première personne, essais et ouvrages de photographies vous permettront d’apprivoiser ce pays encore très secret, mais qui a besoin de tout notre appui.

On peut aussi, tout simplement, faire un don sur le site officiel de soutien : The Burma Campaign.