Art et controverse dans les rues de Prague

Proudy (Cours d’eau)

Proudy (Cours d’eau)

Ah! Prague! Avec son histoire à la fois tragique et magique, c’est la ville romantique par excellence. Mais le romantisme, ce n’est pas une caractéristique touristique recherchée pour les escapades entre copines. Alors je vous propose plutôt d’y visiter un « musée » d’art contemporain créé de toutes pièces : le « Musée David Černý ».

Cet artiste tchèque s’est fait remarquer pour la première fois en 1991, alors qu’il peignait en rose le char symbolisant la libération de Prague par l’Armée rouge. Ce fut son passeport pour la prison… et pour une réputation d’artiste « controversé » qu’il a bien entretenue.

Les œuvres de Černý sont éparpillées un peu partout dans Prague. J’ai donc créé un parcours « cernyaque » qui permet en prime de découvrir des coins de la ville qu’on n’aurait peut-être pas vus sinon.

Voici une carte du parcours sur laquelle les œuvres de l’artiste sont localisées.

Ce parcours se marche en grande partie, mais nécessite qu’on prenne aussi le métro. Ce qui est une expérience en soi.

Les escaliers du métro de Prague sont légèrement étourdissants! Sur cette photo, les gens sont droits; ce sont les murs qui sont croches!

Les escaliers du métro de Prague sont légèrement étourdissants! Sur cette photo, les gens sont droits; ce sont les murs qui sont croches!

Prêtes ? On commence notre virée entre copines Place Kinský (Náměstí Kinských) avec le fameux char rose. Plusieurs versions de l’histoire de cette œuvre existent, mais je résume les faits. Černý a peint le char en 1991. Il fut aussitôt emprisonné, et les autorités russes ont redonné au véhicule sa couleur initiale. Mais des députés en colère – protégés par leur immunité parlementaire – entreprirent illico de repeindre le tank en rose! (source: Wikipédia)

Jusqu’à tout récemment, le char était exposé dans un musée à 40 km de Prague. Quelques morceaux ont été rapatriés sur la Place Kinský en 2008.

On poursuit avec Brownnosers qui se trouve à la Galerie Futura, située dans un coin moins touristique (mercredi au dimanche, 11h à 18h, Holečkova 49, Prague 5, 15 000, 251-511-804, futuraproject.cz). L’installation permet de regarder deux vidéos… entre les fesses de statues géantes. On peut y voir le président tchèque et le directeur de la Galerie nationale qui se nourrissent de bouillie (!). Des photos et les vidéos de Brownnosers sont disponibles sur le site de l’artiste.

Quo Vadis, une Trabant (ancien modèle d’automobile fabriqué en Allemagne de l’Est) avec des jambes humaines au lieu des roues, souhaite rappeler l’exode des citoyens de l’ancienne RDA en 1989. La sculpture se trouve dans le jardin de l’ambassade d’Allemagne (Vlašská 347/19, 11 800 Prague 5-Malá Strana).

Viselec (Hanging Out), c’est un homme barbu à lunettes (souvent comparé à Sigmund Freud) qui se tient d’une main au-dessus de la rue Husova.

Patron de la République tchèque, saint Venceslas a une statue à son effigie au cœur de Prague. Il y chevauche fièrement un cheval. Černý a créé Kun (Cheval), une variante de cette statue. Saint Venceslas y chevauche un cheval… mort. Elle se trouve tout près de l’originale dans le Palais Lucerna (Palác Lucerna, Vodičkova 704/36, 110 00 Prague 1-Nové Město). À voir en 3D ici.

Miminka (Maman), ce sont des bébés de bronze géants sans visage qui grimpent sur la Tour de la télévision. L’œuvre peut être interprétée de deux façons. Le site Vivre à Prague en donne les détails. On peut aussi voir quelques bébés de près sur le terrain du Musée Kampa (en tout temps, U Sovových mlýnů 2, 118 00 Praha 1 – Malá Strana, 420.257.286.147, museumkampa.com).

On finit en beauté avec Proudy (Cours d’eau). Ici, on peut voir deux hommes qui urinent dans une flaque dont la forme rappelle la République tchèque. Leurs pénis montent et descendent pour écrire des citations de résidents tchèques reconnus.

Sur la photo (que vous pouvez voir au début du billet), j’imaginais la petite demander : « C’est quoi, ça, papa? » Quant à moi, sur la photo du bas, j’ai aidé le monsieur à écrire mon nom…

Ce contenu a été publié dans Europe, Prague. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.