La Turquie entre amies

Baklava, loukoums… alouette!

Je ne sais pas par où commencer. Les pâtisseries et les confiseries « à se rouler par terre »? Les marchés où l’on a envie de flâner pendant des heures? Les hammams traditionnels où des femmes venaient se faire faire une toilette il y a plus de 500 ans? Les maisons troglodytiques reconverties en hôtels cinq étoiles? Aucun doute, la Turquie est la destination parfaite pour des vacances entre copines.

Bien sûr, il y a cette histoire à propos des Turcs qu’on ne doit pas regarder dans les yeux, de nos corps qu’on doit couvrir le plus possible, de ces burqas de plus en plus visibles un peu partout au pays. Soit. On ne fait pas exprès de provoquer, c’est la moindre des choses en terre étrangère. Mais jamais pendant cette semaine à explorer Istanbul, Ankara et la Cappadoce je n’ai senti que ma sécurité était menacée. Il y a bien ce commerçant, qui m’a complètement ignorée dans un marché de la Cappadoce (j’ai dû négocier avec une femme qui se tenait derrière lui, même si elle ne parlait pas un mot d’anglais), mais rien pour écrire à sa mère (à part, peut-être, pour lui parler des lampes magnifiques repérées un peu plus tôt!). Le gros bon sens reste le meilleur allié : on ne va pas n’importe où à n’importe quelle heure. On s’informe, quoi.


Sandales de bois traditionnelles chaussées au deuxième hammam que j’ai visité.

Pour ma première expérience dans un bain stambouliote, j’ai opté pour Çemberlitas, à quelques pas du Grand Bazar. C’est l’un des plus populaires d’Istanbul (il fait partie des recommandations du Lonely Planet). Contrairement aux hammams nord-américains, la vapeur d’eau ne camoufle pas les corps. On ne ressent pas non plus de sensation d’étouffement.

À l’arrivée, on nous remet gant de toilette, slip et savon. Je me suis offert le nettoyage et l’exfoliation, suivis d’un massage sur table. Étendue sur la plateforme de marbre circulaire, j’ai eu un moment de panique en voyant arriver la dame qui s’apprêtait à me toucher. Vêtue elle aussi d’un simple slip, elle s’est avancée vers moi, chairs et seins pendants. Au moment où son visage s’est éclairé d’un large sourire, j’ai découvert une dentition aussi surprenante que le relief de la Cappadoce. Sans parler de sa couleur charbon… L’expérience s’est avérée plutôt positive, au final. Mais quelle image!

Quelques jours plus tard, j’ai décidé de me rendre seule dans un hammam recommandé par mon guide, Haydar Duman. Au Tarihi Galatasaray Hamami (ne vous fiez pas aux photos du site Web, je n’ai vu aucun Apollon dans la salle réservée aux dames!), je me suis retrouvée complètement nue, seule dans la pièce chaude. D’autres touristes ont fait leur entrée peu après, mais j’ai eu le temps de contempler la coupole à satiété, avec, comme trame sonore, le bruit d’une goutte d’eau qui tombait à rythme régulier. J’imaginais les femmes qui venaient papoter dans ce petit établissement il y a cinq siècles. Étonnamment, elles ne me semblaient pas si différentes de moi… Une expérience beaucoup plus authentique, qui m’a laissée béate pendant quelques heures.

Au moment de retrouver les autres pour prendre l’apéro, j’avais l’impression de revenir d’une semaine de vacances… Quel jour sommes-nous, au fait?

Pratico-pratique :

Je contemple l’horizon depuis une montgolfière, en Cappadoce.

Air Transat propose un vol hebdomadaire direct jusqu’au 9 octobre. Vacances Transat propose différents forfaits et circuits.

• À boire : le jus de cerise, pur ou avec de la vodka. Un délice! Les Turcs sont aussi fous de raki, une boisson anisée qui rappelle le Ricard.

• À faire absolument : si vous vous rendez en Cappadoce, sachez que les 240$ exigés pour une balade d’environ 45 minutes en montgolfière les valent vraiment. Pour voir une vidéo de cette balade, c’est ici. À Istanbul, la basilique Sainte-Sophie et le palais de Topkapi (et surtout le harem, même s’il est nécessaire d’acheter un second billet) ont particulièrement séduit l’auteure de ces lignes.

Terrasse du magnifique hôtel Yunak Evleri, en Cappadoce.

• Côté hôtel, trois coups de cœur pendant mon séjour (je les ai visités, mais n’y ai pas résidé): Aziyade, à Istanbul, à cause de sa situation géographique (près de plusieurs attractions) et de sa terrasse à l’étage supérieur; Sira Kapadokya, un hôtel-boutique qui offre une vue imprenable sur les paysages lunaires de la Cappadoce; et le Yunak Evleri, un cinq-étoiles creusé à même les tufs, en Cappadoce. Magiques!

Les frais de ce voyage ont été payés par Vacances Transat.


Obtenez plus d’informations sur la Turquie grâce à Ulysse.


Ce contenu a été publié dans Europe, Turquie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à La Turquie entre amies

  1. Lise Bujold dit :

    Mon mari et moi arrrivons d’un voyage congrès à Istanbul. Nous étions près de 400 personnes pendant 3 jours où nous avons eu l’unique chance de séjourner à l’hotel Ceylan International. Le Bosphore pour ma part fût mon coup de coeur. Deux croisières sur ce canal, un qui nous a apporté jusqu’à la Mer Noire puis nous avons dégusté le meilleur poisson dans le petit village de Anadolu Kavagi. C’est incroyable que nous puissions être sur deux continents dans l’espace de quelques minutes; tantôt en Europe et tantôt en Asie; C’est assez spécial! Depuis mon retour, la nourriture turque me manque beaucoup. Nous mangeons très santé et tout est frais à Istanbul. Les gens sont sympa, patients, aidant mais j’ai trouvé qu’ils étaient un peu achalant pour vendre leurs produits. Si vous n’êtes pas intéressé d’acheter, il faut pas arrêter pour regarder sinon… pafff, ils croient que vous voulez acheter.
    Un petit conseil: J’ai fais l’erreur d’acheter mes souvenirs et mes lookums trop vite alors que j’aurais dûe attendre au Grand Bazar pour acheter à meilleurs marché et à meilleure qualité. Pour les lookums, j’ai déniché une petite boutique de bonbons très frais juste en face du mur de la Mosquée bleue, dans la petite rue au coin de l’hotel et restaurant Alzer, et si vous avez le goût d’un bon spagatti, c’est l’endroit( Alzer).
    J’oubliais! C’est le pays du tissu alors, garder vos sous pour acheter de beaux vêtements; Cuir, chandails, ceinture de cuir et j’en passe!
    Sur ce, je vous souhaite un très beau voyage et pleins de belles découvertes comme le chant de l’idem, la rue Istikal et Caddesi; le tramway etc.

  2. Emma Brassard dit :

    Je pars en Turquie avec ma meilleure amie au mois de juin et j’aimerais bien avoir quelques conseil concernent mon itinéraire déjà établit. Afin de m’assurer que je ne manque absolument rien de ce magnifique pays. Nous n’avons que dix jours à consacrer à cet énorme endroit! Tout d’abord, nous projetons de commencer notre voyage dans la grande métropole d’Istanbul. Nos plans, visiter l’île au prince suivi de la grande mosquée bleu et bien entendu les Hammams. Quoi que l’expérience me trouble un peu, est-ce vraiment un incontournable ? Bref, les Cappadoce constituent l’élément central de notre voyage puisque cet endroit nous fait littéralement rêver. Puisque nous sommes serrées dans notre temps et que celui-ci est précieux nous voulons prendre un autobus de nuit pour s’y rendre. Il faut compter 11h pour arriver sur Gorëme, si possible j’aimerais bien trouver un vol intérieur qui serait peu dispendieux. Mais, je ne sais pas par où commencer mes recherches! Gorëme, Avanos et Nuzishir en vélo sont présentement nos cibles, mais trois jours dans ces villes est-ce amplement suffisant? Notre aventure se poursuit ensuite vers Pamukkale et vers Antalya. Sur Antalya, notre but est de visiter un théâtre reconnu par le patrimoine mondial de l’UNESCO. Deux sites a retenu notre attention, le site de Letôon et celui de Side, mais nous ne savons pas lequel des deux choisir. Toute piste est la bienvenue! Notre prochain arrêt, les magnifiques plages de la Turquie où nous aimerions essayer le parapente. Avant tout, je voudrais savoir si je cours un danger en réalisent ce rêve? Notre itinéraire tire déjà à sa fin, nous retournons sur Istanbul. Encore là, il faut compter 12h d’Antalya pour se rendre dans la métropole. Y a-t-il un autre moyen de transport plus rapide et abordable disponible en Turquie que l’autobus ? Enfin, histoire de profiter du pays une dernière fois nous voulons visiter les grands Bazars et le Bosphore qui je crois, sont des incontournables. Maintenant, j’aimerais savoir si cet itinéraire représente bien ce que la Turquie à offrir. J’espère ne pas me tromper! Bref, merci pour cet article le simple fait de le lire me donne encore plus le goût de m’envoler vers ce pays.

  3. Sophie Boulianne dit :

    Quel meilleur endroit pour se détendre que dans un lieu qui respire la quiétude et qui date de plus de 500 ans? Comme la Scandinavie et l’Asie, le Moyen-Orient est spécialisé dans les soins corporels. La Turquie, étant située à cheval sur l’Orient et l’Occident, détient le meilleur des 2 mondes. Je ne suis jamais allée dans un bain stambouliote mais la perception que j’en ai est un endroit très authentique, contrairement à nos spa Nord-Américains, très modernes et travaillés. J’imagine de la mosaïque mur à mur et des matériaux naturels comme de la pierre.

    Mis à part pour la détente, j’irais en Turquie pour découvrir le peuple turc. A quelques reprises dans l’article, vous parlez des femmes turques et cela m’a fait réfléchir. Je me suis mise à leur place un instant et je me suis imaginée être la cible de jugements et d’idées préconçues.
    Comme beaucoup, mon avis sur le port de la burqa n’est pas du tout positif. Je pense que cela porte atteinte à la liberté d’expression. Mais au-delà de cet habit, il y a des femmes, pas tellement différentes de nous, Nord-Américaines. Bien sûr, avec une culture complètement différente mais avec beaucoup de ressemblances aussi.
    Même si on entend des choses dans les médias qui peuvent teinter nos opinions, il ne faut pas s’empêcher d’aller à la rencontre de toutes ces cultures avec qui nous partageons la même maison : la terre.
    D’agréables surprises et beaucoup de prises de consciences sont au rendez-vous!

  4. Fannie Eve Lessard dit :

    Il est toujours aussi intéressant de lire votre blogue! Cet article m’a particulièrement intéressé, car les valeurs et le mode de vie turques m’ont toujours quelque peu repoussés. Pourquoi? Simplement car ces gens semblent si renfermés dans leur système et que l’égalité des hommes et des femmes est un sujet tabou, de leur point de vue. En fait, je suis une personne totalement ouverte d’esprit et de voir qu’on peut retirer quelque chose de positif d’une telle culture et qu’on peut apprendre à vivre ce voyage positivement en se fermant (dans un sens) les yeux à cette réalité me semble passionnant. L’histoire de cette femme en slip a dû réellement te faire peur sur le moment! C’est plutôt comique ou disons, très exotique! L’expérience dans un Hammam semble particulière. Il est vrai que les femmes d’autrefois qui devaient s’y rendre régulièrement ne devaient pas être si différentes de nous aujourd’hui! Le fait que nous voulions essayer ce type d’activité en témoigne! Sinon, le jus de cerise me tente énormément. J’ai fait quelques recherches afin de savoir à quels endroits je peux m’en procurer et j’ai heureusement trouvé un magasin de produits importés à Place de la Cité, à Québec, qui se nomme Déli Universel. On y trouve d’ailleurs plusieurs produits en provenance de la Turquie et de pays connexes. Merci encore de nous faire voyager via votre blogue!

  5. @Melody De Visscher: Oui, quelle ville! Je me promets d’y retourner le plus tôt possible…

  6. Je vis depuis un peu plus de deux ans à Istanbul. Une ville cosmopolite, moderne mais paradoxale, comme le pays. Il y a ces hommes qui vous déshabillent du regard, ceux qui se comportent tout à fait normalement (ouf) et ceux qui vous ignorent. J’en ai rencontré quelques uns comme ça, ça fait toujours bizarre! Ce qui est marrant, à Istanbul, c’est qu’on peut rencontrer ces trois types de mecs à trois rues d’intervalle. Ah, quelle ville!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.