Chocolat, fromage et tranquillité

Est-ce l’altitude qui fait cet effet à Marie-Julie et Katerine-Lune?

Bien sûr que nous avons mangé du chocolat en Suisse, Katerine-Lune, moi et les autres journalistes invités à prendre part à un merveilleux séjour au pays de Heidi, en juin dernier! De la fondue au fromage et de la raclette, aussi. Et je ne vous parle même pas de la meringue accompagnée de fraises et de crème double, qui me font toujours saliver deux mois plus tard… Mais ce que je retiens surtout de ce pays tout en reliefs, c’est un incommensurable sentiment de bien-être.


Impossible de ne pas sourire devant un tel paysage!

D’abord, il y a l’air pur. Certains villages, comme Wengen, dans le Jungfrau, sont piétonniers. Pas de voitures dans les parages. Le bonheur de s’éveiller doucement au son des cloches des vaches!

Tant dans les montagnes qu’à Gruyères, où nous avons ensuite mis le cap, j’ai dormi comme un bébé. Au petit matin, il me suffisait d’ouvrir les volets pour avoir envie d’aller jouer dehors. Randonnées en montagne, découverte des villages à pied, panoramas à couper le souffle…. Ici, contempler ne suffit pas, on veut impérativement se fondre au paysage.

Pause à Fribourg.


Vue de la fenêtre de la chambre de Marie-Julie, à Wengen

Au sommet de la montagne Schilthorn, à 3000 m d’altitude, nous faisons connaissance avec l’univers de James Bond. L’un des opus mettant en vedette l’agent 007, Au service de sa majesté, y a été tourné. Son passage a marqué les lieux. Quarante ans plus tard, Piz Gloria, premier restaurant pivotant au monde, porte d’ailleurs toujours le nom qu’on lui a donné dans le film.

Aux Bains de la Gruyère de Charmey, quelques jours plus tard, je découvre que bien-être et spécialité locale peuvent aussi se décliner en plaisirs olfactif… et gustatif. Vous savez, ces fameux enveloppements au chocolat proposés par les spas des quatre coins du monde? L’idée semble toujours alléchante, mais quelle frustration qu’il ne soit pas comestible! Aux Bains de la Gruyère, une massothérapeute a eu la bonne idée de créer un soin utilisant du «vrai» chocolat. Si, si! J’y ai même goûté avant qu’elle me tartine le corps entier!

Meringue, fraises et crème double. L’un de mes meilleurs souvenirs du voyage!

Quand je suis redescendue rejoindre les copains, j’avais l’impression de me balader dans une bulle de cacao. Impression confirmée par Anne Marie, qui m’a lancé tout de go : «Tu sens le chocolat!» J’avoue avoir préféré cela à me faire dire que je sentais le gruyère.

P.S. : Avis aux curieux, j’ai publié de nombreux billets sur la Suisse sur EnTransit.ca et Taxi-brousse.

Ce voyage a été réalisé suite à une invitation de SWISS International Airlines et de Suisse Tourisme


Découvrez nos guides et cartes sur la Suisse


Ce contenu a été publié dans Europe, Suisse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Chocolat, fromage et tranquillité

  1. Vicky Drolet dit :

    Que j’aimerais être invité en Suisse par SWIIS International et Suisse Tourisme. Comment dire, je serais aux Anges! Mes poches seraient sans doute toujours remplies de chocolats! La gastronomie, soit la fondue au fromage ainsi que les meringues accompagnées de fraises doit être excellente!
    Le sentiment de bien-être est également un élément très important lors d’un voyage. Lorsqu’on ne peut cesser de sourire, cela veut tout dire. C’est en fait que nous vivons un moment incroyable ainsi qu’inoubliable.
    Des paysages à couper le souffle et de l’air pur, c’est plutôt parfait. Il est rare maintenant de pouvoir visiter des villes où les voitures ne sont pas abondantes. Finalement, il est amusant de pouvoir visiter un endroit en tant que piéton, et ce sans même avoir à regarder avant de traverser les rues. Je préférais beaucoup plus me réveiller au son des cloches et des vaches plutôt qu’au son des voitures.
    Un vrai voyage dans la nature, sans les soucis de la ville! Un tourisme d’aventure en autres mots! Il est vrai que des voyages en ville sont parfois nécessaires, mais c’est en nature que l’on apprend à se connaitre soi-même. C’est également en nature que nous pouvons expérimenter nos limites pour par la suite devenir plus fort. Après tout, voyager c’est ça la vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.