Les Galápagos ou voyage au pays de Darwin

Pour une amante de la nature et de la faune comme moi, les Galápagos vivaient dans mon imaginaire comme un endroit de prédilection où conjuguer mon amour de la mer et ma passion pour la photo. Ce projet a germé dans ma tête à la suite d’un séjour à Bimini deux ans auparavant, où j’avais rencontré un couple super-sympa qui habitait Quito et qui m’avait invitée à aller les visiter. J’ai donc fait quelques recherches pour trouver une croisière à dimension humaine qui me permettrait de visiter ces îles mythiques, tout en passant dire bonjour à mes amis. J’ai opté pour Gap Adventures, une compagnie canadienne spécialisée dans le tourisme d’aventure, avec une très bonne réputation aux Galápagos. Comme je voulais rester plus longtemps sur les îles que les 10 jours proposés dans le circuit, j’ai demandé à une copine de venir me rejoindre à Santa Cruz pour la deuxième partie du périple. Nathalie est donc arrivée trois jours après le départ de mon groupe. J’en avais profité pour nous concocter un circuit qui permettrait à Nathalie de capter l’essence des Galápagos en 8 jours. Bien que le tourisme indépendant soit possible, bien peu de touristes s’aventurent seuls dans ces îles très réglementées. Ce qui fait que la majorité des voyageurs passent tout leur temps sur des bateaux de croisière de 20 à 200 passagers qui les emmènent chaque jour explorer une nouvelle île, mais ils repartent sans n’avoir fait aucun contact avec la population locale. Je trouve ça dommage, et ça ne cadrait pas avec ma philosophie de voyage.

Il faut comprendre que les Galápagos ne sont pas faciles d’accès. Situées à 1000 km à l’ouest de l’Équateur, en plein milieu de l’océan Pacifique, elles sont composées d’une multitude d’îles toutes différentes les unes des autres, qui sont seulement accessibles par bateau. Ce qui nous a frappées dans cette rencontre avec la nature sauvage, c’est surtout la nonchalance des animaux qui n’ont pas peur des humains. Comme ils n’ont pas à craindre l’homme, ils agissent un peu comme nos animaux domestiques le feraient chez nous. Mais on ne parle pas de chiens ou de chats ici, mais plutôt d’oiseaux exotiques, d’iguanes terrestres ou de mer, d’otaries ou d’énormes tortues centenaires. C’est un véritable paradis pour les photographes amateurs ou professionnels qui, armés de leurs appareils, prennent une multitude de clichés de ces animaux qui ont l’air de poser pour nous. Côté paysages, les îles sont assez désertiques, avec des allures presque lunaires par endroits, en raison des éruptions volcaniques fréquentes. Bref, un endroit unique qui ne laisse personne indifférent. Puis, les amateurs de plongée sous-marine seront éblouis par la richesse de la faune et la flore marines.

J’ai adoré les deux parties de mon séjour. Celle en bateau avec Gap qui m’a permis de voir plusieurs îles magiques, incluant celles plus difficiles d’accès, comme Española, ma préférée d’entre toutes. Accompagnée d’un naturaliste chevronné, j’ai mémorisé beaucoup d’informations que j’ai pu partager avec Nathalie lors de notre partie plus « libre ». Pendant cette deuxième partie du séjour, on a pu prendre tout le temps voulu pour lézarder avec les iguanes à Isabella ou explorer le cratère d’un volcan à dos de cheval, au lieu de suivre un groupe. Le seul conseil que je puisse vous donner est de ne pas hésiter à sortir des sentiers battus, pourvu que vous respectiez les règlements qui régissent cet univers particulier, car on a le devoir de le préserver pour les générations à venir. Si vous voulez avoir un contenu plus détaillé de ce que nous avons vu et fait pendant notre séjour, lisez notre récit de voyage : www.travelgalapagos.wordpress.com.

Prochaine destination qui me fait maintenant rêver : l’Antarctique, sur un navire de la Compagnie du Ponant. Un peu le même concept que les Galápagos, mais sur un navire plus luxueux, qui visite des îles au sud d’Ushuaia pour les glaciers, les baleines et les pingouins.

Quelques adresses à retenir

GapAdventures – Séjours sur de petits bateaux de 20 personnes et moins autour des îles. La meilleure façon de voir les plus belles îles. Un voyage de 10 jours coûte près de 5000 $ sans le billet d’avion.

Casa Del Lago – Un petit appartement d’artiste en location dans la ville de Puerto Ayora. Un peu cher, mais bien situé et équipé d’une petite cuisine. Il est juste à côté du Café del Lago, où on peut boire du très bon café, des smoothies aux fruits frais et s’offrir des petits déjeuners savoureux et copieux.

Quand y aller – Si vous décidez de faire une partie du circuit de façon indépendante, évitez la haute saison, car vous aurez de la difficulté à vous loger ou à trouver des croisières de jour. Assurez-vous de réserver vos passages sur les croisières de jour dès votre arrivée. Au moins, allez à North Seymour, mais si possible dans d’autres îles, car chacune est différente et regorge d’espèces qui lui sont propres. Pour ma part, j’ai aimé octobre et novembre, juste avant la haute saison. Côté hébergement, réservez sur l’île de Santa Cruz et sur Isabella, car ce sont les seules îles ou presque qui offrent de l’hébergement. La plupart des îles peuvent être seulement visitées jusqu’au coucher du soleil et en présence de naturalistes accrédités. Comme la traversée vers Isabella en bateau peut être une expérience périlleuse en soi, assurez-vous de prendre quelque chose pour le mal de cœur avant d’embarquer, car il faut vraiment avoir le cœur solide si c’est le moindrement houleux.

Ce contenu a été publié dans Équateur, Îles Galápagos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les Galápagos ou voyage au pays de Darwin

  1. Alexandra Letellier dit :

    Voilà une expérience à faire dans sa vie!

    Je n’y suis jamais allé, malgré tous les commentaires positifs auxquelles je fais face quand j’entends parler des îles Galápagos. À vrai dire… c’est un peu une sorte de rêve à laquelle je m’accroche depuis déjà longtemps! L’importance que vous accordez au fait de visiter ces îles quand il n’y a pas beaucoup de touristes me fascine… tant de gens ne veulent pas « visiter » en dehors des saisons estivales. Pourtant, pour bien s’imbiber de la culture, c’est justement ce qu’il faut faire!

    Étant moi-même une passionnée de la photo et de la faune, j’aimerais bien un jour y aller. Bien que ces îles soient très règlementées, je crois que le tourisme indépendant reste le meilleur moyen de les visiter. Sinon, comme vous dites, on passe tout notre temps, ou presque, sur un petit bateau de croisière. Mais le point qui me fascine le plus de votre récits est la « nonchalance des animaux ». Nous sommes tellement habitués de voir des animaux sauvages s’enfuir dès notre arrivé que cela doit être merveilleux. Le paysage doit, lui aussi, être à couper le souffle.

    Merci de partager cette expérience hors de l’ordinaire avec nous!

  2. Emylie dit :

    Bonjour Nathalie,
    Longtemps j’ai entendu parler de cette île. Beaucoup de documentaires sur Canal D m’ont tenue accrochée à la découverte d’une flore et surtout d’une faune extraordinaire. Étant moi-même une adoratrice de la faune et de la nature, j’imagine très bien comment tu pouvais te sentir dans un endroit aussi unique. Les prises de vues que tu as dû faire devaient être incroyables (si je me fie aux photos de l’article.) Juste en regardant les photos, on voit que les animaux semblent très sociables et qu’ils n’ont pas peur d’être approchés. As-tu déjà entendu parler de la fameuses Île de Komodo situé en Indonésie ? On y retrouve aussi une faune surprenante plus spécifiquement le Dragon de Komodo, le type de lézard le plus grand au monde
    Si j’ai bien compris la description de ton voyage, tu as voyagé avec Gap Adventures pour commencer ton expédition sur les îles et lorsque le tour de 10 jours c’est terminé, tu es resté pour découvrir un peu plus les îles avec ton amie? Malheureusement, je n’ai jamais eu la chance de voyager hors du continent (Canada), voyager individuellement doit être la meilleure façon de découvrir les destinations que tu visites.

  3. viventura dit :

    Pendant mon voyage en Équateur, j’étais de passage aux Îles Galapagos qui est un lieu vraiment magique, surtout les photos à prendre sont multiples. Moi j’ai choisi viventura pour voyager en petit groupe, rencontrer d’autres personnes et pouvoir découvrir les projets sociaux en cours en Amérique du Sud sur la page de galapagos circuit . J’aime particulièrement leur politique pour le maintien de l’écosystème et la préservation de la faune et de leur environnement. De cette manière, ils ne sont pas perturbés et il nous est possible de connaître une certaine interaction avec ces espèces.

  4. Vous avez mentionné que la majorité des gens visitent les îles par bateau délaissant ainsi le contact avec les habitants de l’île. Vous avez raison. J’aimerais ajouter que la visite des îles Santa Cruz et San Cristobal se fait très bien en backpaking. Le bateau est par contre nécessaire pour connaître et sentir l’essence des Galapagos (des espèces ayant évoluées différemment)…Lors de mon voyage aux îles Galapagos, je n’ai eu d’autres choix de combiner les deux. Soit le backpaking pour les plus téméraires et une visite par bateau. J’Y suis allée pour la plongée. C’est un vrai paradis sous-marin. Attention par contre à l’île Gordon Rock là où des requins marteaux peuvent être observés. Souvent, les guides équatoriens ne respectent pas les règles standards de plongée… Ce site est pour les plongeurs avancés, pas pour les débutants. Le courant est très fort sur ce site… Je vous passe les détails, mais j’ai eu la peur de ma vie… Les îles Galapagos restent pour moi l’ultime expérience. À faire au moins une fois dans sa vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.