Dangereux pour les filles, l’autostop?

Anick-Marie Bouchard

Elle s’appelle Anick-Marie et elle est Québécoise. Le moyen de transport favori de cette nomade dans l’âme aussi éco-consultante, conférencière et auteure? Le stop. Oui, comme dans «lever le pouce et monter à bord de voitures d’inconnus». La globe-stoppeuse de 30 ans a ainsi bourlingué au Canada et en Europe.

Selon elle, le voyage «est une compétence qui s’acquiert, un apprentissage constant». Parmi les conseils qu’elle prodigue à celles qui la questionnent au sujet de sa passion, elle mentionne de rencontrer d’autres voyageuses, de se préparer mentalement, de faire preuve d’assurance, d’étendre progressivement sa zone de confort et d’oser demander de l’aide.

Bien entendu, tout n’est pas toujours rose. Mais même si elle s’est déjà fait kidnapper en Allemagne, pas question pour elle de baisser les bras… ni le pouce.

À lire, son billet sur les techniques douteuses et déconseillées et une entrevue qu’elle a accordée au blogue Moi, mes souliers.

Paris-Moscou en stop

La journaliste et blogueuse française Sarah Dawabili, elle, a poussé l’audace jusqu’à faire le trajet Paris-Moscou en stop avec une copine pour assister à un concert de U2. Peu importe le moyen de locomotion, pour elle, voyager est d’abord une question d’instinct. «J’ai l’habitude de beaucoup me fier à mon instinct. Si quelqu’un me semble bizarre, je n’hésite pas à changer de trottoir, ou éventuellement rentrer dans une boutique… Je n’essaye pas de rationaliser mes impressions, de me dire, arrête d’être parano ou quoi… Si j’ai le moindre doute, le moindre signal dans un coin de ma tête ou dans le ventre, j’en tiens compte.»

Julia Chou, Parisienne de 25 ans, croit pour sa part qu’il faut être propre, bien habillée et souriante pour que les automobilistes s’arrêtent. Après plus de 10 000 km en stop au compteur, elle partage ses tuyaux dans cette vidéo.

Une récente étude mentionne par ailleurs que les filles blondes, à forte poitrine et portant un t-shirt rouge ont plus de chances d’être prises en stop… Vous en pensez quoi, vous?

Vous avez déjà fait du pouce? Vos tuyaux? Pires et meilleures expériences? On veut savoir!

Pour nous suivre sur Twitter: @Copinesencavale. Pour Facebook, par ici!

Ce contenu a été publié dans Divers, Tuyaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Dangereux pour les filles, l’autostop?

  1. Voyage Perou dit :

    Ah mais oui! J’ai découvert il y a quelques mois déjà le blogdesarah, impressionnant de voir la débrouillardise de certaines personnes 🙂

  2. copinesencavale dit :

    De rien! 🙂 Et bon courage pour la suite!

  3. Mondalu dit :

    Pour ma part, je faisais du stop lorsque je n’avais pas le permis, en pleine cambrousse pour me rendre en cours. Ce n’était pas chose facile… mais je suis toujours tombée sur des gens sympas et corrects. On m’a souvent dit « si vous n’étiez pas une fille, je ne me serais pas arrêté ». Une fois, j’ai failli manquer une voiture car j’avais mis une capuche pour cause de vent… Comme quoi l’apparence joue pour beaucoup à la réussite du stop.
    Depuis longtemps l’idée d’un tour d’Europe en stop me taraude mais je n’ai pas encore eu le courage de me lancer. Merci donc pour ces pistes !

  4. Jennifer dit :

    Merci pour cette mention de Moi, mes souliers Marie-Julie! Nous avons d’ailleurs publié le 5e conseil d’Anick-Marie ce matin à http://www.moimessouliers.org/conseils-pour-voyageuses-aventurieres-5/

    Au plaisir!

  5. Emily Zaza dit :

    Merci pour l’article. En fait, moi je suis Emily la copine de Sarah pour Paris-Moscou en auto-stop. J’ai fait beaucoup de stop avec Sarah donc et aussi toute seule. Blonde à forte poitrine avec tee-shirt rouge, disons que ca aide forcément, et le tee-shirt rouge permet d’être vue de loin, mais je pense qu’il faut éviter de mettre trop ses atouts en valeur, genre eviter le mega-decolleté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =