Histoires de filles

Pendant mon mois au Mexique, quelques faits surprenants en lien avec la femme m’ont fait sourire. Je vous les partage en vrac:

– J’allais prendre le métro avec un ami mexicain quand un policier nous a fait dévier. «No caballero! (Pas d’homme!)». Mon ami, habitué à la situation, a simplement bifurqué vers la gauche pour prendre un autre wagon. En période de pointe, certains wagons sont réservés uniquement aux femmes afin que ces dernières ne soient pas importunées par les hommes, m’a t-il expliqué. Et ben!

Dans un terminus d'autobus, ADO, avec ces bancs roses, fait de la promo pour ses voyages de filles

– Dans le même ordre d’idée, ADO, une des principales compagnies d’autobus au pays, promeut depuis peu ses voyages réservés exclusivement aux filles! Perso, ça ne m’a jamais vraiment perturbé de partager un autobus avec des hommes mais bon, il parait que le produit est assez populaire.

– A plusieurs reprises pendant mon séjour, j’ai eu droit à de gros yeux de la part d’amis mexicains qui étaient vraiment outrés – et le mot n’est pas trop fort – que je dépose mon sac au sol. Danser dans un bar autour des sacoches déposées par terre? Au Mexique, oubliez ça les filles: vous seriez considérées comme une bande de sorcières qui tente de jeter un sort à la planète entière. Ici, tenez-vous le pour dit: pas de sacoches par terre! On dit que ça porte malheur!

– Je dis ça comme ça, parce que moi la première, je croyais que les mariachis, c’était une affaire d’hommes. Mais non: bien que la majorité des mariachis soit des hommes, certaines femmes font aussi partie des groupes. Il y a même quelques groupes de mariachis composés exclusivement de femmes. Et vlan les fausses croyances!

Un séjour au Mexique entre filles: repos et boost pour l'égo!

– Au Mexique les filles, on se sent belle, très belle. Au Mexique, on se fait regarder sans détour, on se fait dire qu’on est jolie sans chercher davantage, on se fait approcher, bref, on se fait cruiser en quelques jours plus qu’en une année entière au Québec. Prenez-le comme vous voulez, mais moi, parce que c’était fait avec respect, je trouvais ça très flatteur. Une bonne tape dans le dos pour l’égo des copines québécoises qui ne sont pas habituées à cette approche directe. Mais bon, peut-être qu’à la longue, ça devient irritant? D’où la nécessité des deux premiers points de ce billet?

Ce contenu a été publié dans Mexique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Histoires de filles

  1. Voyage Perou dit :

    La danse magique du sac par terre, pas mal ça ! 😉
    Toujours marquants ces petits moments où on réalise que les références et les interprétations ne sont pas du tout les mêmes, et c’est ce qui fait qu’un voyage est vraiment intéressant!

  2. Peter dit :

    Les bus sont divisés par sexe pour limiter les attouchements indésirés lors de périodes de pointe. Du moins c’était ça en Inde, j’imagine que la logique est la même au Mexique.

  3. Ma théorie: nos hommes manquent d’entraînement côté drague, au Québec. Du coup, quand ils tentent l’expérience, c’est soit lourd ou alors franchement trop discret. Bref, je seconde. Ça fait un bien fou de sentir le regard des hommes sur soi en voyage! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.