Chasse aux cowboys au Zapata Ranch

Il y a des filles qui craquent pour les pompiers ou les policiers. Moi, ce sont les cowboys qui me font fantasmer! En fait, c’est ce que j’ai découvert quand je me suis rendue au Colorado au mois de mai dernier.

Inconsciemment, je me suis mise à chercher un peu partout des sosies du personnage incarné par Brad Pitt dans Legends of the Fall, ainsi que par ceux interprétés par Heath Ledger et Jake Gyllenhaal, dans Brokeback Mountain! J’espérais donc fortement rencontrer quelques cowboys lors de mon séjour au Zapata Ranch.

Ce charmant ranch est une propriété de la Nature Conservancy, mais il est tenu par la famille Phillips depuis trois générations. Il possède une superficie de près de 103 000 acres et on y trouve 2 000 bisons. Son emplacement est magnifique : il est niché au creux du Greats Sand Dunes National Park, dans le sud du Colorado. Les cavaliers de tous les niveaux peuvent y passer quelques jours et y vivre au rythme du ranch. C’est ce que j’ai fait.

Les chevaux du Zapata Ranch. Crédit : Geneviève Vézina-Montplaisir

À mon arrivée, je crois rêver! C’est un beau brun ténébreux avec une chemise à carreaux, des jeans et des bottes de cowboy qui nous accueille. Un cowboy, un vrai de vrai! Je déchante vite par contre quand je comprends que c’est le mari de l’aînée de la famille Phillips, Tess, qui s’occupe des lieux…

Le Zapata Inn. Crédit : Geneviève Vézina-Montplaisir

Je fais ensuite un rapide tour d’horizon et ne voit aucun cowboy! Et aucun cheval d’ailleurs! On me dit alors que l’écurie est située un peu plus loin sur la grande propriété, et que si je veux aller la visiter, je peux m’y rendre le lendemain, vers 6 h 30, et donner un petit coup de main pour atteler les chevaux. Enfin ma chance de voir plus de cowboys, me dis-je!

Dans la salle où l’on sert les repas, je suis surprise d’y trouver qu’une seule grande table. C’est le propre des ranchs familiaux, me dit-on. Tous les clients y mangent ensemble et partagent un buffet.

La table commune. Crédit : Geneviève Vézina-Montplaisir

Curieusement, ce sont deux cowboys qui font le service! Je m’empresse de demander à ma voisine de table pourquoi ceux-ci nous débarrassent plutôt que d’être assis à nos côtés et nous raconter leurs folles aventures. Kate me dit, qu’une fois par semaine, chaque personne qui travaille sur le ranch sert les invités, et qu’une autre soirée par semaine, elle est invitée à s’asseoir avec les convives. Pas de chance, je suis tombée sur la mauvaise semaine!

Kate m’explique également que le beau ténébreux de tout à l’heure est effectivement le mari de Tess, et que l’autre : le cowboy à la drôle de moustache, est en fait le comptable de la place. Cowboy et comptable : paradoxe ma foi intéressant!

Mary me parle aussi du «life style» des cowboys, ces êtres solitaires et peu bavards dont plusieurs sont un brin poètes – il existe même des festivals de cowboys poètes! – et des «new cowboys», ces cowboys d’aujourd’hui plus éduqués que ceux d’antan qui choisissent d’embrasser le lasso parce qu’il sont à la recherche de quelque chose de différent. Ça y est!  Je sens que je vais faire des beaux rêves!

Le lendemain, dès que j’arrive à l’écurie, encore un peu endormie, j’en aperçois un! Il est accompagné de la fille cadette des proprios, Julie. Il s’appelle Fred, et c’est un jeune Anglais qui, après être venu au ranch avec ses parents l’an passé, a décidé de venir y passer l’été comme apprenti cowboy. Un cowboy british : charmant!

Fred, le cowboy british. Crédit : Geneviève Vézina-Montplaisir

Arrivée ensuite avec le reste de la bande sur les lieux de notre petite balade, j’ai le souffle coupé. Devant moi, une prairie couverte de lys sauvage où broute au loin un petit groupe de bisons. À l’horizon : les montages, et devant, les étranges dunes de sable du parc national.

C’est le temps de monter en selle. Ma monture s’appelle Kises, et je dois dire qu’elle est un peu têtue! Par chance le jeune cowboy est là pour me montrer comment bien la diriger. Après les deux heures que dure la balade, je suis exténuée, mais j’ai le sourire aux lèvres. Je viens de faire ma plus belle randonnée équestre à vie!

Julie, la journaliste Sharman Yarnell et moi-même. Crédit : Chris Ryall

Sur le chemin du retour vers le ranch, la grande sœur de l’autre me glisse que Fred et Julie semblent être amoureux. Pas de chance! Bye bye mon cowboy! Je devrai donc aller ailleurs pour poursuivre ma chasse aux cowboys. Au Festival Western de St-Tite, peut-être?

Merci à l’Office du tourisme du Colorado et au Zapata Ranch pour leur accueil.


Ulysse vous recommande :
Chapitre numérique, le Colorado

 

 

 

 

 

 

Découvrez tous nos guides sur le Sud-ouest des États-Unis

 

Ce contenu a été publié dans États-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *