Danser le tango à Buenos Aires comme les Argentins

Tangoabuenos aires

Le tango est à Buenos Aires, ce que le Nutella est à notre copine Marie-Julie! On en mange, on en vit. Bref, toute la ville bat aux rythmes des bandonéons, un instrument qui ressemble à l’accordéon, mais avec des boutons au lieu du clavier.

Où aller, comment s’y initier?

En préparation à notre séjour dans la capitale argentine avec les copines, nous avons décidé de nous initier au tango en suivant un cours intensif au Studio Tango de Montréal. 15 heures, à raison de 3 heures tous les samedis. Un pas dans la bonne direction, mais en mettant les pieds dans une des milongas là-bas, nous avons vite réalisé que nous avions des croûtes à manger, malgré les très bons cours de Montréal. De voir tous ces danseurs et danseuses de tous les âges évoluer avec tant de grâce et de souplesse sur le plancher de danse, nous a fait réaliser que le tango c’est le projet d’une vie et pas juste de quelques cours. Déçue? Non, mais déterminée, oui! Nous avons donc établi un plan pour apprendre à danser comme les Argentins!

Tout d’abord les souliers

On ne danse pas le tango en gougounes. Il faut les bonnes chaussures. Comme elles coûtent un prix fou à Montréal, vaut mieux les acheter à Buenos Aires, où le choix est aussi beaucoup plus grand. Le consensus pour les chaussures les plus confortables : DNI. Moi qui fuis en général les talons aiguilles et bien je suis maintenant la propriétaire d’escarpins rouges à la Carrie Bradshaw et qui ma foi, me permettent de marcher et de danser sans trébucher.

Les cours privés et de groupe

Il n’y a pas de secret, le tango c’est une question de pratique. Alors, suivre des cours sur place est un impératif! Parmi les meilleures options, les cours privés et les pratiques de La Maleva ou les cours de groupe de DNI, une des meilleures écoles de la ville. Le bonheur c’est qu’elles sont toutes les deux situées dans le quartier Abasto, donc facile d’accès si vous restez à l’Auberge La Maleva dont un des propriétaires est Québécois. Je vous recommande un cours privé avec l’autre propriétaire, Mariana Dragone, une danseuse étoile qui sillonne la planète avec son partenaire Pablo Inza. Un cours avec Maria est un concentré de passion argentine en 60 minutes! Vous ne verrez plus le tango de la même façon.

Où aller danser

C’est bien beau de se trouver dans la capitale du tango, mais encore faut-il savoir où sont les meilleures milongas et quels soirs y aller. Le truc? Réserver une chambre à l’Auberge La Maleva, qui inclut aussi un studio de danse et faites la connaissance de d’autres passionnés de tango avec qui aller danser et partager les bonnes adresses. La Maleva c’est comme l’Auberge espagnole du film de Romain Duris. On y trouve des fous de tango qui occupent l’une des 8 chambres, on y parle de tango dans la cuisine commune ou sur la terrasse sur le toit, un univers convivial qui évolue autour du tango, avec un accès au studio pour pratiquer les derniers pas appris. S’il ne reste plus de places à La Maleva, il existe aussi un guide de tango qui répertorie les milongas et les soirées, le Derecho Viejo que vous trouverez au bureau de tourisme. Il y a des endroits mythiques comme la Confiteria Ideal ou le Cafe Tortoni, mais prenez la peine d’en découvrir d’autres moins touristiques.

Le Cabeceo ou comment inviter à danser

À Buenos Aires, on ne se déplace par pour inviter une partenaire à danser comme au Québec. Là-bas, tout passe par le regard. Les hommes invitent les femmes qu’en les regardant avec intensité et parfois avec insistance. Libre à nous de retourner le regard et d’acquiescer de la tête, si on a le goût de danser avec ce partenaire. On appelle cette technique le Cabeceo et certains le maîtrisent à la perfection, sans que jamais une parole ne soit échangée. Pour avoir plus de chance de se faire inviter, on affiche une attitude positive et on sourit. Il arrive que l’invitation soit destinée à une autre copine et que l’on ait cru que c’était pour nous. Si ça nous arrive, on reste positive et on se dit que notre tour viendra. Le tango est un milieu dur et il ne faut pas se décourager, si on ne se fait pas toujours invitée. L’important c’est de profiter de la soirée, écouter l’orchestre lorsqu’il y en a un et d’apprendre en observant les autres danser.

Vous avez le goût d’essayer? Courez vite acheter votre billet d’avion et envolez-vous vers Buenos Aires où le thermomètre oscille autour de 30 degrés en ce moment, c’est l’été et ça nous sort de la grisaille de notre hiver.

Ulysse vous recommandent :
Fabuleuse Argentine

 

 

 

 

 

Découvrez aussi tous nos guides sur l’Argentine

Ce contenu a été publié dans Activité intérieure, Argentine, Nightlife, Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.