La Grande Traversée du Saint-Laurent : le meilleur tout inclus du Québec hivernal!

Cet hiver, je suis partie en formule tout inclus. Le vrai paradis; j’entendais le clapotis des vagues tous les jours, j’étais avec des gens emballants, je dégustais des repas succulents faits de spécialités locales, j’avais une panoplie d’activités à ma disposition et je baignais dans une ambiance décontractée… La différence cette année? J’étais loin de Cayo Coco ou de la Riviera Maya : je voguais entre Gaspé et Montréal à bord du CTMA Vacancier, ce bateau de croisière qui relie normalement Montréal aux Iles de la Madeleine en été. Cette fois, il avait été nolisé par l’équipe de La Traversée de la Gaspésie, TDLG pour les intimes, une gang de Gaspésiens allumés, amoureux du plein air, aux yeux brillants et aux projets enlevants.

Habitués de faire visiter leur chère Gaspésie à une centaines de skieurs et raquetteurs une semaine par année en janvier ou février ils ont décidé, en 2017 pour célébrer leur 15e anniversaire, de voir grand et de s’allier à une autre belle gang d’éclatés, les membres de l’organisation du 375e anniversaire de Montréal. Ça a donné lieu à un projet aussi fou que délirant : relier Gaspé à Montréal en une semaine de croisière en faisant des escales dans diverses régions du Québec pour pratiquer raquette et ski de fond dans diverses régions. C’est ainsi que je me suis retrouvée parmi 250 participants par un beau soir de janvier à monter sur ce beau et grand navire qu’est le CTMA Vacancier pour plonger dans une expérience qui allait s’avérer hors du commun.

Petite journal de bord d’une copine en grande cavale!

 

Jour 1 – Arrivée à Gaspé

Départ à 6h30 en autobus de Montréal. Déjà les yeux brillent et la fébrilité est dans l’air. En 10 heures de route, les rencontres se créent, les premiers fous rires éclatent; le ton est donné pour cette semaine qui s’avèrera tout sauf ordinaire. Arrivée à 17h30 à Gaspé où tout un comité d’accueil nous attend : petites bouchées de poissons fumées, musiciens et sourires grands comme la baie de Gaspé : rien de moins! Les Gaspésiens savent recevoir; qu’on se le dise.

Ça y est, tout le monde à bord! Après les discours, les mignardises et la bière madelinienne de bienvenue (90 employés à bord provenant des Iles, ça met de l’ambiance aussi!), tout le monde s’installe dans sa cabine et se se prépare à la première journée de plein air : direction Parc national Forillon!

Jour 2 – Parc national Forillon

Après un bon déjeuner où rien ne manque pour combler tous les appétits, du yogourt au muslix, en passant par les œufs, le bacon, les fèves au lard et les cretons, tout le monde récupère ensuite son lunch pour le midi (Choix de sandwich, jus, barres tendres et desserts variés avec ou sans gluten!) et descend dans la cale du bateau farter les skis pour certains et attraper ses raquettes pour les autres. Les autobus nous attendent, c’est un départ à 8h30.

Une magnifique journée de ski nous attend. Pour ma part, c’est 23 km de ski de fond qui m’amèneront au bout du monde, (signification du mot Gaspé en micmac), soit tout au bout du Parc de Forillon, au cap Gaspé, avec des points de vue à couper le souffle sur la baie… On nous dit que l’été, c’est le meilleur endroit pour voir les baleines! On n’en doute pas. Quel décor pour réchauffer nos mollets!

Une première journée déjà marquante dont on revient tous un peu fourbus mais les étoiles déjà bien allumés au fond des yeux. On ne savait pas ce qui nous attendait le lendemain. À 18h, le bateau largue les amarres : cap sur Matane oû l’on restera pour 2 jours!

Jour 3 – Réserve faunique de Matane

C’est dès 6h qu’on nous attend pour le petit déjeuner et pour cause, à 8h, c’est un départ vers la Réserve faunique de Matane où le mont Point attend les raquetteurs, dont je ferai partie. 9km  de rando et 450m de dénivelé pour monter au sommet du mont Pointu : voilà le plan. Le ciel est bleu; la journée s’annonce belle! Et c’est peu dire. Pour plusieurs, ce sera LA journée de la semaine. Grâce à l’aide de l’entreprise de plein air Vertigo Aventures, spécialiste du hors-piste dans les Chic-Chocs, des motoneigistes nous emmènent au pied de ces belles montagnes trop méconnues.

On commence alors notre ascension dans un décor toujours plus grandiose au fur et à mesure que l’on prend de l’altitude. Les sapins sont gorgés de neige. Les fantômes nous enveloppent et nous fascinent, nous faisant oublier la montée assez ardue. On se sent seuls au monde. Le soleil brille de mille feux; voilà le Québec hivernal à son meilleur! Tout cela en faisant des rencontres chaleureuses avec Suzanne, Lise, Jean-Pierre ou Nicole, autres fous de plein air aux yeux brillants qui se pincent de vivre cette journée hors du commun.

On atteint le sommet, émus et fiers! Que de beauté! On se souviendra longtemps de cette journée. Une femelle orignale croisée dans le détour au retour nous le confirme :  c’en était une spéciale!

La soirée sera, comme les autres, sous le signe de la musique, de l’humour, d’un bon repas en bonne compagnie. Ici, tout le monde se parle, tout le monde partage: participants, guides, bénévoles, organisateurs, employés… C’est ça la TDLG!

Jour 4 – Matane et ses environs

Encore sous le coup de l’émotion de la veille, on repart cette fois pour visiter les environs rapprochés de la ville de Matane.

On glisse sur la rivière Matane et on se dirige vers le village de Saint-Luc, où l’on nous attend avec une bonne soupe pour le midi. Je skie pour cette journée où les participants feront entre 13 et 22 km environ. Après la rivière, on passe par le terrain de Golf, le club de ski de fond local pour ensuite découvrir les grands champs de la campagne environnante. Le ciel est plutôt gris mais le paysage est poétique à souhait. La soupe est réconfortante à l’arrivée; l’accueil chaleureux, on retiendra les sourires des enfants de l’école locale venue accueillir Julie Payette, astronaute de renom, qui prend part à l‘aventure. Au son des « Julie, Julie, Julie », on marche dans le village, skis sur les épaules… Les autobus en ramèneront certains au bateau tandis que d’autres courageux reviendront en ski au point de départ.

Jour 5 – Sur le fleuve

Après une nuit de tempête à voguer, le bateau ne peut s’arrêter à Pointe-au-Pic, où il devait faire escale. Les forts vents sur la côte empêchent notre maison flottante de faire escale. Le sympathique capitaine du navire, Bernard Langford, nous explique que nous devons mettre le cap sur Québec. Si le capitaine le dit…

Un mal pour un bien diront certains, dont moi; ça donne un petit répit aux cors et du bonheur pour les esprits avec l’occasion unique d’admirer le littoral de Charlevoix vu de l’eau. Et voir le fleuve et ses glaces est aussi un attrait en soi! Entre conférences, spectacles musicaux, défilé de mode, séance de yoga, bon café et lecture, la journée passe en un clin d’œil. Les organisateurs se sont démenés pour que personne ne s’ennuie : mission accomplie! Le repos ne sera que plus apprécié en vue du lendemain alors qu’on s’en va à la découverte du Parc des Grands Jardins dans l’arrière-pays de Baie Saint-Paul.

Jour 6 – Parc national des Grands Jardins

Tout le monde est fébrile et se précipite vers les autobus dès 7h : c’est qu’on sait qu’une belle neige est tombée dans ce parc de la Sépaq reconnu pour ses conditions hivernales magnifiques… La raquette sera de mise pour moi : on nous promet une montée avec vue sur le Mont-du-lac-des-Cygnes. Et chose promise, chose due : on ne sera pas déçus. Ils ont reçu 216 cm de neige cet hiver. Un grand tapis blanc nous attend!

Le temps est grisonnant mais le soleil force les nuages et une petite brume baigne la vallée entre les montagnes. La montée se fait dans la bonne humeur. Au sommet, si le vent se met de la partie mais le paysage est grandiose, l’exaltation d’avoir réussie cette montée de 8.3 km réjouit les randonneurs. Après un petit lunch mérité au bord d’un lac et un rayon de soleil qui arrive à point, on se décide à aller monter La Chouenne, autre petite montagne voisine. 4.6 km aller-retour cette fois. La vue en vaut la montée!

On redescend le cœur léger en courant dans cette neige épaisse qui nous reçoit légèrement. Bien que la moyenne d’âge des participants soit près de la cinquantaine, tout le monde rit comme des enfants. On somnole dans l’autobus au retour, avant de prendre une douche méritée suivie d’un autre bon repas aux accents gaspésiens inspiré de la Gaspésie gourmande.

Jour 7 – Ville de Québec

Un tout autre décor nous attend en ce vendredi alors qu’on découvre un décor plus urbain: Domaine de Maizerets, Parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles et Plaines d’Abraham sont au rendez-vous. Un 22km de ski bien comptés dans un cadre fascinant… avec ce petit vent de Québec inimitable. Quel plaisir de skier sur les Plaines avec vue sur le fleuve; les habitants de Québec ont de la chance d’avoir ce grand parc urbain facile d’accès! Et nous, de pouvoir redescendre les 398 marches de l’escalier du Cap-Blanc (le plus long de Québec), qui mène à la rue du Petit-Champlain puis de filer en ski jusqu’au bateau.

Pour moi, ce parcours marquera la fin d’une semaine inoubliable, organisée au quart de tour par une équipe formidable et dévouée constituée en majorité de bénévoles. Organisateurs, guides, motoneigistes : tout le monde a mis l’épaule à la roue pour permettre aux 250 participants de vivre une semaine de rêve. En soirée, le bateau met le cap sur Montréal, où la majorité ira skier et raquetter sur le Mont-Royal le samedi avant de terminer la semaine avec le fameux bal du capitaine. De la croix de Gaspé à la croix du Mont-Royal, ce périple aura été fabuleux à chaque instant.

De mon côté, la famille m’appelle… deux petites princesses ont hâte de retrouver leur maman qui revient vers elles réénergisée et soulevée par l’énergie de cette épopée mémorable!

 

 

 

 

 

 

Avis aux intéressés, la TDLG organise La Traversée de la Gaspésie à bottine, une belle semaine de randonnée pédestre en Gaspésie avec les couleurs automnales en toile de fond. Du 23 au 30 septembre 2017. Qui embarque? Plaisir et émerveillement assuré!

Parcours, infos et inscription: http://tdlg.qc.ca/

Merci à la TDLG pour le chaleureux accueil et à Croisières CTMA pour l’enivrante expérience de voguer sur le fleuve Saint-Laurent en hiver et le service hors pair.

À Claudine, Hélène, Rachel, Marie-Claude, Maïté et tous les autres: merci et bravo!

Texte et photos : Geneviève Décarie, Guides de voyage Ulysse

 

Les guides Ulysse vous recommandent :
  

Toutes nos recommandations sur le Québec

Ce contenu a été publié dans Canada, Charlevoix, Gaspésie, Gaspésie, Gastronomie, Montréal, Plein air, Québec, raquette, ski, Sport, Ville de Québec. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La Grande Traversée du Saint-Laurent : le meilleur tout inclus du Québec hivernal!

  1. Pélouas dit :

    La seule chose que cette « copine en cavale »ne dit pas c’est qu’elle avait une colocataire de cabine en or (enfin, en argent)…
    Merci pour ce beau récit enlevé et plein de beaux souvenirs!
    Attendez de lire (bientôt) celui du blogue d’à côté (Grouille pour pas qu’ça rouille) qui vous racontera mes propres péripéties, marquées de quelques beaux bobos.
    Anne Pélouas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 1 =