Entre traditions et modernité : fascinante Istanbul !

Mosque Ortakoy © Marie-Eve Blanchard

Je n’ai jamais mis les pieds en Asie. J’ai beau avoir près de quarante années et fait de ma passion pour le voyage mon métier, c’est l’Amérique Latine qui m’a d’abord séduite. Ainsi, lorsque j’ai su que j’allais poser mes pénates quelques jours à Istanbul, seul pays à cheval sur deux continents, je me suis dis que ce rêve allait peut-être se réaliser.

Sur la route qui nous mène à notre hôtel, les banderoles oranges et bleues à l’effigie des grands partis battent au vent, nous rappellent les élections anticipées du 24 juin dernier. On ne peut alors s’empêcher de se regarder un sourire en coin… On sait déjà tous qui va l’emporter… N’empêche, la politique ne m’empêchera jamais de visiter les beautés et splendeurs d’un pays. Et celui-ci m’intrigue au plus haut point.

Istanbul à travers ses monuments

Immense ville, la cosmopole de près de 17 millions d’habitants, un peu moins selon les chiffres officiels, ne compte pas moins de 3 300 mosquées ! Je visiterai d’abord la Mosquée Suleymaniye où s’agglutinent moins les touristes qu’à Hagia Sophia ou la Mosquée Bleue. Et pour tant, elle impressionne cette mosquée conçue par le fameux architecte Sinan pour le compte de Soliman le Magnifique !  Édifiée au 16e siècle, il est impensable de croire que sa réalisation a nécessité seulement sept années ! Outre son impressionnant dôme, elle regorge de symboles, notamment visible à ses minarets (elle en compte 4 , Soliman étant le quatrième sultan ottoman de la ville) et ses dix coupoles extérieures rappelant que le populaire sultan était le 10e de la dynastie ottomane. Sise non loin de la Corne d’or, on peut voir apercevoir une belle vue sur la ville depuis ses jardins. Époustouflant !

Mosquée Suleymaniye © Marie-Eve Blanchard

C’est ensuite la grande et populaire rue piétonne İstiklal, ses commerces et ses marchands de simits (bagels turc) et de noix grillées que je découvrirai avec son tramway mythique qui traverse la rue de la place Tünel au quartier Taksim.

Tramway de la rue Istiklal © Marie-Eve Blanchard

En service depuis 1883, il transporte sur 1,64 kilomètres plus de 6000 personnes par jour et est devenu un grand symbole de la ville. Et puis le quartier animé de Taksim. Une belle occasion de siroter un Raki, cette boisson à l’anis qui est venue tranquillement remplacer la Boza et éclipser les marchands, et qui se boit sec ou allongé avec de l’eau comme un patis.

Du haut de la tour Galata © Marie-Eve Blanchard

On s’immerge ensuite dans le quartier Galata avec son joyeux dédale de rues pavées et sa fameuse tour. Édifiée par les Génois en 1348, la tour a rempli tour à tour plusieurs fonctions : phare, tour d’observation, prison, observatoire astronomique. Il faut il monter pour en faire le tour et pouvoir ainsi capter un panorama 360 sur l’immensité de la ville.

Le quartier d’Ortaköy se révèlera tout une surprise ! Au pied de son immense mosquée qui se dresse aux abords du Bosphore, pêcheurs et habitants jouissent tranquillement des airs du fleuve.  À notre arrivée, l’appel du Muezzin jaillit d’un minaret. Impossible d’empêcher quelques frissons me traverser, c’est un très beau moment solennel. L’appel à la prière nous enveloppe, rappelant illico qu’au-delà de la beauté des édifices nous sommes bien dans un pays où la culture musulmane est éminemment présente.  Le même moment se réitéra à la sortie d’un hammam le lendemain (quelle expérience fabuleuse !), les muezzins d’Hagia Sophia et de la mosquée Sultanahmet se répondant tour à tour.  Fabuleux !

Sainte-Sophie © Marie-Eve Blanchard

Selfie dans le Parc Gülhane © Marie-Eve Blanchard

Il y aura aussi la visite de Hagia, la fameuse Sainte-Sophie, ancienne basilique de Constantinople devenue mosquée. À mes côtés, mon collègue a les larmes aux yeux. Je ne peux qu’acquiescer et comprendre, ayant à quelques reprises eu cette surprise de me retrouver émue jusqu’aux larmes devant de grands, et immensément chargés en sens et en histoire, monuments. On lui pardonne rapidement les échafaudages qui enlèvent un peu à la magie… Sainte-Sophie, avec sa remarquable coupole qui relève de l’exploit architectural, à tout de même plus de 15 siècles ! Il faut ensuite aller marcher dans le Parc Gülhane qui jouxtent le fascinant Palais de Topkapi pour découvrir un immense havre de paix qui repose doucement les sens.

Croisière sur le Bosphore © Marie-Eve Blanchard

Et puis, il faut pour apprécier vraiment la beauté Istanbul et l’embrasser de toutes parts, terminer par un de ses classiques. La croisière sur le Bosphore à l’heure du souper permet d’admirer ses rives européennes et asiatiques ainsi que les trois ponts qui enjambent le Bosphore. Pas moins d’un million de stambouliotes les empruntent tous les jours pour se rendre du continent européen à celui asiatique ou l’inverse !

 

Plaisir des sens et des papilles !

Simits © Marie Eve Blanchard

Coeurs d’artichaut © Marie-Eve Blanchard

Voilà bien longtemps que je ne m’étais pas autant régalée. À Istanbul, les mezze se succèdent pour notre plus grand bonheur. Ces petits plats colorés qui font office de hors-d’œuvre sont un véritable délice pour les papilles ! Sardines, olives, purée et caviar d’aubergines, cacik, une entrée de yaourk, concombres, ail et huile d’olive, l’équivalent du tzadtziki grec, tout est absolument savoureux.

Dans certains quartiers, notamment Bébek, on peut aussi y découvrir des tables éminemment moderne, soucieuse des accords mets vins et de présentations beaucoup plus raffinées.

Intérieur du marché égyptien aux épices © Marie-Eve Blanchard

Il faut aussi se rendre au Bazar égyptien pour y admirer les couleurs et y humer les odeurs. Les guides et livres touristiques nous guident généralement au Grand Bazar, certes intéressants avec ses étales, mais qui n’a rien du charme et des odeurs du marché aux épices. Cœurs d’artichauts trempant dans l’eau, guirlandes de fruits et de fleurs séchés, fromages, dattes, etc. Un véritable bonheur pour les papilles de goûter ça et là aux olives, mais certes aussi pour les pupilles qui se régalent à leur tour des couleurs vives des épices, sumak, cumin, piments rouges, curcuma, safran, des thés, aux fleurs et à la rose, et d’une infinie diversité de loukoums !

Je n’aurais pas mis les pieds finalement sur la rive asiatique … Il y a tant à voir et à vivre à Istanbul ! Mais je sais que de l’autre côté, sur la rive anatolienne, évolue un Istanbul plus calme et moins peuplé, une rive qu’occulte aussi bien souvent les touristes et qui s’en doute s’avère tout aussi fascinante. Une excellente raison pour y retourner !

Quelques adresses :

Ali Ocakbast, dans le quartier Karaköy : Pour la superbe vue en hauteur sur le Bosphore, la rive asiastique et la tour de Léandre (Kiz kulesi). Terrasse et chauffe-terrasse, grillades, kébabs …

AYASOFIA Hürrem Sultan Hami : pour vivre une véritable expérience dans un Hammam traditionnel ! Attention, ce n’est pas donné, et fréquenté par les touristes, mais l’endroit est d’une propreté irréprochable. Une superbe expérience !

Turkish Airlines, Touristanbul et une classe Affaires qui se démarque !

– La compagnie aérienne dessert Istanbul à raison de trois fois semaines depuis Montréal.

J’ai eu l’occasion d’essayer à quelques reprises la classe affaires de différentes compagnies aériennes et je dois dire que celui de Turkish Airlines est impeccable. On n’y lésine pas sur l’espace, un chef à bord vous sert le repas à la carte, votre siège s’étend complètement à l’horizontale vous permettant de dormir, du moins dans mon cas, véritablement comme un bébé durant les quelques neuf heures que dure le vol de nuit ! Un beau luxe à s’offrir une fois dans sa vie !

– Il est possible lors d’une escale de bénéficier des services de Touristanbul pour découvrir la ville ! (Escale de 6 heures minimum, https://www.turkishairlines.com/en-int/flights/fly-different/touristanbul/ )

– Istanbul va accueillir prochainement le plus grand aéroport du monde !  La Turquie entend devenir un géant de l’avion mondiale et s’en donne les moyens. Le 29 octobre 2018, un nouvel aéroport sera inauguré à Istanbul qui pourra lorsqu’il sera complet accueillir pas moins de 200 millions de passagers annuellement!

– Les nombreuses lignes d’attente devant les grands monuments parlent d’eux-mêmes : le tourisme est bel et bien en santé à Istanbul bien que les européens se fassent toujours frileux. Certes les vagues d’attentats ont ébranlés la ville turque, mais comme toute les grandes villes du monde elle a repris le dessus. La triple sécurité à l’aéroport aussi en fait foi, je n’ai pu qu’être rassurée.

Notre auteure était l’invitée de Turkish Airlines. Grand merci à la compagnie aérienne pour l’invitation à ce voyage de presse et à Marie-Annick Boisvert pour l’orchestration de ce dernier.

Marie-Eve Blanchard

 

Les guides Ulysse vous recommandent :

   

Toutes nos recommandations sur Istanbul

 

Ce contenu a été publié dans Croisière, Divers, Gastronomie, Istanbul, restaurants, Turquie, Tuyaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.