Archive pour la Catégorie 'Kamloops'

Saveurs de Kamloops, ou Retour à l’Âge de Pierre

Gravitent dans l’hémisphère du Grinder’s une foule d’individus qui portent sur leurs lèvres une sorte d’appétit vorace pour l’existence. De ces curieux surgissent d’abord deux garçons aux gorges fleuries, qui me font partager la chambre de leur petit Sacha, bouquet d’énergie dont je m’occuperai occasionnellement. Dans le répit des comptines et du carré de sable, j’échange mon manteau à un des compères contre une pelure dont l’efficacité, une fois au nord, se montrera appréciable, puis je suis l’autre sur un terrain escarpé dont les diverses crevasses révèlent des pierres de hautes valeurs. La nature offre de meilleurs prix qu’en boutique… Ils me ramènent enfin à l’éternel Grind, où tous les jeudis des musiciens délirent.

Sur la scène je rencontre Ken, le vieux tatoueur à la carrure immense, qui greffera en souvenir une plume à mon cou, et sur la piste improvisée Shelsea, la danseuse du ventre au cerveau volcanique, qui me lègue Pushkin édition originale pour une de mes pierres… Alors que les micros exultent en salutations, un elfe brun s’amène avec des grains de café et des maracas, et nous invite à poursuivre nos rythmes et nos poésies dans son salon bondé d’instruments. Nous sommes quelque huit emballés à tyranniser l’entière nuit, de la tombée du rideau d’éden jusqu’aux pigeons piétinant l’aube. Toute tremblante, j’élève dans l’air des morceaux de textes, et des chansons françaises, sur lesquelles on s’évertue à composer.

Nous nous rencontrons de nouveau le lendemain, sur les tapis perses de Shelsea. Quelques adeptes profitent d’un cours alors que je prépare plus de 100 sushis, avocat-saumon-mangue-que veux-tu?, pour combler tous les estomacs. Entre deux sessions de Hula-Hoop, j’offre Pushkin à l’elfe, qui se régalera de phrases pendant que j’emprunterai son sofa.

Il s’avérera que mon hôte, lorsqu’il n’est pas occupé à s’épancher sur de bigarrés bouquins, suit dans un institut réputé ses cours en massothérapie et en réflexologie, disciplines pour lesquelles je me porterai volontiers cobaye, le temps venu des devoirs.

Les jours qui suivent sont parsemés d’endroits délicieux, et recouverts d’un prodigieux soleil. Après des pique-niques en montagne et des siestes sur le bord de la plage, j’entre au Zack’s, une boutique spécialisée en tout ce qui concerne le thé, puis chez Art We Are, une galerie d’artisans et de peintres locaux où l’on peut manger, prendre le café et déployer différents jeux de société.

C’est à ce dernier et fameux endroit que je trébuche sur Ken. Il m’emmène chevaucher sur les dunes, théorise sur la façon dont chacun de nous accueille la douleur, puis me présente aux membres de son groupe de blues, qui ont accompagné Vigneault et Charlebois, il y a de cela belle lurette… Je prends la route avec eux, alors qu’ils partent en tournée vers le nord. Et me voici contemplant les décadences du temps, les oreilles grondées par le minibus, et par des voix pleines d’histoires rauques.

Zack’s Coffees Teas & Gifts
377 Victoria Street, Kamloops, BC
(250) 374-6487

The Art We Are Artisan Market
201-322 Victoria Street, Kamloops, BC
(250) 828-7998