Échanges de maisons: une belle forme de tourisme responsable!

Maison d'échange en Provence Crédit: Anne Marie Babkine

Maison d'échange en Provence Crédit: Anne Marie Babkine

Des amis m’avaient bien fait rire quand ils m’avaient lancé, d’un air coquin, qu’ils étaient échangistes… puisqu’ils faisaient des échanges de maisons! Ce principe ne date pas d’hier… Au début des années 1950, des professeurs correspondant avec des confrères à l’étranger ont lancé le concept en troquant leurs domiciles respectifs durant leurs longues vacances scolaires. Il existe maintenant des dizaines de réseaux d’échanges de maisons dans Internet, dont plusieurs en français (voir plus bas) qui proposent des pied-à-terre dans plus de 50 pays.

Le terme «échangistes» est très utilisé dans le jargon de cette formule de vacances. On retrouve aussi le joli néologisme «vacangistes» dans le site Internet québécois www.EchangeVacances.com, un des plus gros sites du genre – 17 000 offres dans 130 pays – et comptant le plus grand nombre de clients francophones.

Les Montréalais Anne Marie Babkine et sa famille, devant la maison en Provence où ils ont habité pendant une année complète l'an dernier, et qu'ils ont de nouveau eue en échange cet été pour trois semaines.

Les Montréalais Anne Marie Babkine et sa famille, devant la maison en Provence où ils ont habité pendant une année complète l'an dernier, et qu'ils ont de nouveau eue en échange cet été pour trois semaines.

Oui, la demande est là: le coût de la vie étant de plus en plus élevé, les voyageurs se tournent vers des options plus économiques. Non seulement l’échange de maisons fait économiser des centaines de dollars par semaine puisque vous ne payez pas l’hébergement, mais si vous troquez aussi vos véhicules, vous épargnerez sur la location de voiture! De plus, cuisiner à la maison au lieu de manger trois fois par jour au restaurant réduit grandement les dépenses. Une économie de 50 % à 70 % si l’on compare avec les frais de vacances habituels, selon une estimation suggérée dans le site www.trocmaison.com.

Enfin, en choisissant un séjour à la maison plutôt qu’à l’hôtel, vous vivez comme les gens de la place en vous approvisionnant chez les marchands locaux, ce qui favorise l’économie de la région. Sans compter que cela vous permet de découvrir des lieux hors des sentiers battus, par exemple des villages où on ne retrouve pas d’infrastructure hôtelière, et de vous faire des amis parmi la population locale!

P.-S.: il faut commencer les recherches plusieurs mois d’avance… Pour des vacances d’hiver et même pour l’été prochain, allez donc déjà faire un tour dans ces sites Internet!

Quelques sites d’échanges de maison en français

www.EchangeVacances.com (cofondé par la Québécoise Anne Marie Babkine)

www.echangedemaison.com (également fondé par un Québécois, Serge Dumas)

www.homelink.ca

http://www.intervac.com

www.trocmaison.com

www.echangersamaison.com

Ce contenu a été publié dans Europe, Général, Hébergement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Échanges de maisons: une belle forme de tourisme responsable!

  1. François B Thurber dit :

    Quelle belle formule de tourisme socialement écologique !

  2. Anne Marie dit :

    Merci, François!

  3. François Trudel dit :

    Bonjour,

    Il est vrai que l’on entend de plus en plus parler de ce type de voyages. Cela devient de plus en plus populaire. Apparemment, il y a beaucoup de personnes qui se tournent vers cette option pour voyager avec un budget moindre. Ceci donne une opportunité très avantageuse pour les personnes ayant du temps pour s’évader. On peut échanger une maison avec une famille et une fois arrivé sur place, cette maison nous fait un «pied-à-terre» à destination. Ensuite on peut faire des excursions d’une journée pour voir les environs et avoir un avant-gout de la culture locale. De plus, voyager de cette façon permet de rencontrer des locaux, les voisins par exemple ainsi que de se faire de nouvelles amitiés. C’est souvent quand on fait ce genre de voyage que l’on voit vraiment comment est la vie de tous les jours pour les personnes vivant sur place. Règle générale, cela nous permet de mieux comprendre la réalité dans laquelle ces gens vivent. C’est cela pour moi voyager! J’espère avoir la chance et le temps de «troquer» ma maison avec quelqu’un de part le monde un jour.