État d’urgence au «tout inclus!»

État d'urgence 2010  Photo : Manuel AC (de l'album public http://picasawebgoogle.com/egoglobal)

État d'urgence 2010 Photo : Manuel AC (de l'album public http://picasawebgoogle.com/egoglobal)

Piscine, golf, trois repas par jour et hôtel cinq étoiles sont le lot de ceux qui choisissent des forfaits de vacances tout compris… et ils sont nombreux chaque année à le faire! Cette fin de semaine, c’était aux sans-abris de la ville de Montréal qu’on proposait cette formule, en plein cœur de la ville, Place Émilie-Gamelin, dans le cadre d’État d’urgence.

Douzième et (hélas!) dernière édition de cet événement qui a pour objectif de donner un peu de bonheur, de chaleur et d’humanité aux personnes les plus démunies de la société, État d’urgence offre un séjour de cinq jours et cinq nuits dans un camp monté pour l’occasion. Là, les sans-abris peuvent trouver des repas chauds, souvent concoctés par de grands chefs montréalais, des activités et un toit pour la nuit sous le grand chapiteau. Cent-cinquante d’entre eux s’y sont retrouvés, tassés comme des sardines, mais heureux comme des rois… et des reines, dès jeudi et jusqu’à cette nuit (du 28 au 29 novembre).

Je «rapporte» cet événement aujourd’hui parce que disons que j’y ai été G.O… division brigade verte et que je pense que TOUS les Montréalais auraient dû y passer au moins une heure cette fin de semaine, question de se mettre en pleine face ce qu’est la vraie misère… et d’assouplir notre jugement envers ces bougres et bougresses qui n’ont pas abouti dans la rue du jour au lendemain. C’est ce que fait cette maman, également bénévole de la brigade verte, avec son fils de 14 ans. Cela fait six ans qu’ils viennent prêter main-forte aux organisateurs de l’événement. Cette menue maman y est aussi déjà venue avec ses trois enfants; c’est une manière pour elle de les sensibiliser à la misère et un cadeau pour les démunis qui n’ont pas souvent l’occasion d’être en contact avec des enfants. Pourtant, beaucoup sont déjà grands-parents…

C’était la dernière: le financement n’a pas été reconduit cette année et les artistes à l’origine du projet désirent, avec raison, développer d’autres activités. État d’urgence est bien rodé, ça marche… comme un complexe de voyages cinq étoiles!! Surtout, État d’urgence est essentiel pour ceux qui en profitent et comme outil de sensibilisation à une situation qui, à défaut d’être endiguée, devrait être moins jugée par les fortunés que nous sommes. Qui prendra la suite???

P.S. parce que je trouve que cette cause est importante, une version de ce billet sera publiée dans un autre carnet.

Ce contenu a été publié dans Montréal et ses environs, Québec. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

130 réponses à État d’urgence au «tout inclus!»

  1. Nicole dit :

    Fantastique ton billet Sylvie. Je ne connaissais pas cet événement. Ce serait tellement bien qu’il en inspire d’autres.

  2. Sylvie dit :

    Bonjour Nicole,

    Merci. Effectivement! Surtout que cet événement ne reviendra pas l’an prochain.

    Sylvie