Voyager au bout de ses rêves

Crédit : Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir

Photo : Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir

J’ai assisté à la présentation d’un documentaire des plus touchants, rempli de tendresse et de sagesse, à laquelle Pierre Rochette (« Pierrot ») était présent. Mon ami Pierrot, le dernier homme libre, réalisé par Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir, raconte la vie d’un vagabond, « ermite des routes ». Un des cofondateurs de la boîte à chansons montréalaise Les deux Pierrots, Pierre Rochette a décidé de vivre son rêve de jeunesse : parcourir le Québec (et une partie du Canada) à pied, avec sa vieille guitare, un bâton de marche, un sac à dos et un cahier dans lequel il écrit plus de 100 chansons composées sur la route. Il n’est pas mendiant; il ne quête pas, mais il accepte ce qu’on lui offre sans qu’il le demande : un bout de chemin en voiture, un lit pour la nuit, une brassée de lavage, de la nourriture et, à l’occasion, de l’argent, dont il se sert pour acheter des cafés à ceux qui souffrent, dit-il…

Photo: Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir

Photo: Véronique Leduc et Geneviève Vézina-Montplaisir

Pierrot a entrepris ce voyage à 57 ans, afin d’aller à la recherche de « rêveurs équitables », des gens qui contribuent à réaliser les rêves d’autrui, « sans intérêt personnel caché », précise-t-il. Et il y en a tout plein, au Québec et ailleurs.

« J’allume la flamme enfouie dans le cœur des gens que je rencontre en les incitant à vivre leur rêve. Je vais là où il y a des rêveurs », affirme ce vagabond au grand cœur qui demande à tous ce qu’est leur rêve et quand et comment ils vont le réaliser. Ses conseils et encouragements, parfois ses quelques pièces de monnaie, servent de déclencheur à un projet ou à un rêve que Pierrot découvre en latence chez bien des gens croisés sur sa route.

La douce folie de ce musicien titulaire d’une maîtrise sur le rire, qui a entamé une propédeutique à l’université sur l’intelligence collective, est contagieuse. Pensez à lui durant vos prochaines vacances. Comment pourrez-vous faire une différence chez les personnes que vous rencontrerez? S’intéresser aux autres quand on voyage, à leur mode de vie, à leur culture, à leurs traditions, à leur cuisine, à leurs coutumes, à leur musique… fait de nous des touristes respectueux des peuples et pays visités. C’est aussi voyager au fond de soi, au risque de devenir une meilleure personne…

La prochaine soirée aura lieu le mardi 14 décembre à 20h au Café Qui fait quoi, au 3428, rue Saint-Denis. Toutefois, Pierrot n’y sera pas, mais la présentation du film sera suivie d’une discussion avec les coréalisatrices (voir les autres dates de présentation dans ce site).

 Quelques sites de voyage virtuels

Gary Lawrence met un lien, dans son blogue, vers un site Web qui énumère dix sites de photos de voyage… une façon de voyager sans émission de CO2! J’y ajoute le site de la journaliste Carolyne Parent, www.tuktuk.ca, dont les merveilleuses photos font vraiment rêver.

Ce contenu a été publié dans Général. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Voyager au bout de ses rêves

  1. Véronique Leduc dit :

    Petit ajout: il est recommandé de réserver au 514 509-6269 pour les présentations. Au plaisir de vous y rencontrer!

  2. pierrot dit :

    PIERROT ROCHETTE
    CREATEUR D’ART NUMERIQUE

    ici Pierrot, du colloque epaper world
    bravo pour votre magnifique page web

    je voulais vous partager une réflexion
    sur l’écosystème numérique

    1) chaque membre de production de la chaine numerique risque de devenir a tour de role un sous-traitant de qualite pour le projet soit d’un auteur, soit d’un auditeur, soit d’un réseauteur international. Pour moi c’est en ce sens que l’éditeur ESS (ECONOMIE Sedentaire solide) va etre remplacé par l’éditeur ENN (editeur nomade numerique).

    2) j’ajouterai deux sections sur mon blog http://www.reveursequitables.com dont les deux oeuvres d’art numerique constituent deux approches suivant l’évolution du numerique (Monsieur 2.7 K, l’age d’or de la decouverte) et le journal-courriels du dernier homme libre (l’age d’or du courriel)

    3) la derniere oeuvre de ma trilogie s’intitulera BOOK BLOG et sera écrite en directe sur un blog avec commentaires ou je serai virale sur facebook et twitter sans qu’on ne puisse jamais me parler personnellement, sauf par comemntaire entre les chapitres…. le tout étant accompagne par un BOOK CAM, soit une camera web qui tous les matins a 6h.30 am jusqu’a 7h permettra au lecteur d’assister a une discussion de créativite entre mon partenaire master web Michel Woodard et moi le master art numerique.. le tout sera suivi d’une publication papier ou le MAKING OF servira a donner une valeur ajoutée à la marque REVEURSEQUITABLES.COM de facon à ce que je puisse me passer de tous les acteurs de la chaine de production numerique, vendant mes oeuvres à $1.00 chaque, cherchant plutot 100,000 personnes qui paieront pour l’ensemble de mes oeuvres dans un panier (ex: mes 3 ebook, mes 19 emissions de t.v. deja canees sur le work progress du pays oeuvre d’art, mes 105 chansons …

    Puis une fois mon ier million fait, j’écrirai un livre sur le design du modele d’affaire pour l’auteur numerique roi par son contenu, parce que selon moi, le createur, qu’importe son domaine d’expression a droit au meme privilege que Picasso qui n’a jamais demande a ce qu’un editeur formate au dessus de son epaule pendant qu’il peint…

    Puis une fois ces deux millions en poche, je donnerai tout et repartirai vagabonder la beaute du monde

    Pierrot
    ermite des routes

    http://www.reveursequitables.com

  3. Pierre Rochette : l’ermite des routes allume les coeurs
    Par Daniel Deslauriers
    Depuis trois ans, Pierre Rochette pourchasse les rêveurs partout où il
    passe.
    « Je suis comme l’allumeur de réverbères du Petit Prince », ditil.
    «
    J’allume la flamme enfouie dans le coeur des gens que je rencontre
    en les incitant à vivre leur rêve. Je vais là où il y a des rêveurs.
    Chaque fois que je rencontre quelqu’un, je lui demande : connaistu
    quelque part un grand rêveur? »
    Pour cet homme à l’allure singulière, chaque humain possède en lui
    une petite bougie qui mérite d’être allumée et nourrie. Par peur ou
    par conformisme bien souvent, les gens passent à côté
    d’expériences merveilleuses, selon lui. « Je suis assoiffé de
    contribuer à une nouvelle vision : un pays « oeuvre d’art » où chaque
    citoyen, en rêveur équitable, prend soin de la vie privée de l’autre
    sans intérêt personnel caché. Imaginez la fête quand toutes ces
    chandelles illumineront le pays. »
    Tournant décisif
    Il n’a fallu qu’un seul regard, un simple sourire, pour le convaincre de
    tout abandonner encore une fois et de prendre la route.
    « Complètement édentée, c’est probablement l’une des femmes les
    plus laides que j’ai rencontrées, mais il y avait plus d’amour dans ce
    regard que dans tout ce que j’avais pu écrire. » De là est née l’idée
    de faire le tour du Québec à pied pour écouter les gens et les aider
    réaliser leur rêve.
    Avec son bâton de pèlerin, sa vieille guitare et son sac à dos, le vieil
    homme à la barbe blanche a traversé le Québec plusieurs fois. Il a
    dormi sous des ponts, dans des fossés et sur des congélateurs. Il
    mange quand il le peut sans demander quoi que ce soit. « Je me
    nourris de toutes ces rencontres avec ces milliers de gens qui
    partagent leur histoire avec moi », ditil.
    « Un jour, j’ai rencontré un homme qui sautillait sur place et agitait les
    bras comme un fou. Je lui ai demandé pourquoi il bougeait sans arrêt
    et quel était son rêve. Il m’a répondu : je veux faire un métier qui va
    me permettre de bouger sans cesse. Je l’ai croisé à nouveau sur ma
    route, peu de temps après, il était devenu éboueur. Quel beau métier
    pour cet homme qui avait un rêve. »
    Documentaire
    Cette aventure a inspiré la production d’un documentaire de 50
    minutes (voir démo au http://www.enracontantpierrot.blogspot.com). Avec
    des moyens de fortune, deux jeunes finissantes en journalisme de
    l’Université de Montréal, Véronique Leduc et Geneviève VézinaMontplaisir,
    l’ont suivi sur la route pendant deux ans. « Je l’ai
    rencontré par hasard en octobre 2007.
    Il avait dormi sur la galerie de la salle de spectacle de mon copain
    Lavaltrie », explique Véronique Leduc. Au début, je l’ai trouvé bizarre.
    On a jasé un peu, puis il a sorti sa guitare. J’ai été captivé par son
    histoire et l’idée d’un documentaire a germé tout de suite. »
    « Bien sûr, Pierrot ne fait pas l’unanimité auprès de tout le monde »,
    explique Véronique. « Son choix de vie, c’est un peu égoïste dans un
    sens, mais, en même temps, il est tellement tourné vers les autres.
    C’est un personnage très attachant. »
    Présenté en avantpremière
    au théâtre Le Patriote de SainteAgathedesMonts
    le 30 octobre, Pierrot : Le dernier homme libre s’amène au
    Café Qui fait quoi du 3428, rue StDenis,
    à Montréal le 4 décembre
    20 heures (entrée 10$).
    « À 61 ans, je suis hanté par le succès de ces filles. En même temps,
    je suis complètement déstabilisé parce que le film porte sur moi. J’ai
    besoin que la salle soit pleine, pour elles, mais j’aimerais aussi
    m’enfouir 10 pieds sous terre, par trop de fragilité. »
    Au service des autres
    Son aventure lui a inspiré plus d’une centaine de chansons depuis le
    début de son vagabondage. « Je me suis inspiré de la vie de tous
    ces gens que j’ai rencontrés au fil de mon voyage. »
    Pierrot le vagabond est formel : la souffrance est nécessaire pour
    remplir son coffre à outils. Plus on souffre et plus notre coffre à outils
    s’enrichit.
    « C’est aussi le message que je veux transmettre. En fait, si j’ai une
    seule crainte, c’est celle de ne pas avoir assez servi. Je ne suis pas
    libre parce que je travaille. Dans les épreuves comme dans
    l’abondance, il faut s’occuper du rêve des autres. »
    Et puis d’un seul trait, après deux heures d’entrevue, Pierrot range sa
    guitare et ses souvenirs. « Je dois reprendre la route », ditil
    sans
    prévenir. « Il y a d’autres rêveurs qui attendent… »

  4. Anne Marie dit :

    Magnifique réponse, Pierrot, l’ermite des routes et de la déroute… Merci! Pour les néophytes comme moi, c’est assez compliqué, tout ça. Mais je finirai bien par comprendre et entrerai ainsi de plain-pied dans le XXIe siècle!!!

  5. Gérard Cadieux dit :

    La pire chose qui peut arriver à un philosophe c’est :

    Qu’un professeur de philosophie médiocre (Pierre Rochette) dénature sa philosophie sur le rêve pour se partir une « gagne ».

    Je ne pensais pas vivre cela de mon vivant!

    Pierre Rochette a bénéficié d’un accès privilégié à mon processus de création. Il aurait pu faire le choix de faire le bien, en le fessant bien! Il a plutôt choisi la facilité de la tricherie malgré les enseignements que je lui ai donnés.

    Moi, Gérard Cadieux créateur de la philosophie du Wow et auteur du livre  » Le Prince a réussi » tiens à me dissocier des activités de « Rêveur équitable » et de ses exploitants.

    Le tout étant fait sans mon consentement.

    Puisse le fatum rattraper les tricheurs et tenir loin de vous les tueurs de rêves! Wow-T=G3 (wow moins la tricherie égale le génie au cube)

    Gérard Cadieux

    Créateur de la philosophie du Wow décrite dans le livre « Le prince a réussi »
    Est-ce que le « numérique » facilitera les impostures ?

  6. Nawelle dit :

    Quel bel article ! En tout cas encore une fois il me donne le sourire! Je rêve à être pour ma part, un peu plus comme Pierrot à chaque voyage que j’entreprends… Quand on commence à voyager pour soi, en dehors du cadre familial, il faut faire des choix… Parfois c’est l’argent et un budget très serré qui pousse à voyager plus simplement… Pour d’autre c’est simplement une volonté, un amour du voyage, de la découverte et des rencontres, le plus simplement possible, car il n’y a que ça de vrai, au bout du compte ! Ses pieds, quelle belle manière de découvrir et d’avancer dans son périple ! J’admire beaucoup Pierrot, sa bravoure et sa joie de vivre car c’est comme lui que je voudrais un jour voyager. Je pense qu’il faut une certaine maturité et aussi la témérité nécessaire pour effectuer de si belles choses, et surtout de la volonté…J’espère qu’un jour je récolterai le tout et emballerai mon baluchon pour partir vivre mes rêves. Je voulais aussi saluer toutes les initiatives du monde entier en terme de soirées de projection car elles offrent tellement au spectateur, elles m’ont beaucoup appris et ont énormément fais grandir mes envies de voyages. Merci aussi à vous blogueuses de partager tous ces splendides témoignages !