Anguilla : une île des Caraïbes méconnue, mais fascinante!

Rohan Maynard, responsable de la serre hydroponique de l’hôtel CuisinArt - Crédit: Anne Marie Parent

Rohan Maynard, responsable de la serre hydroponique de l’hôtel CuisinArt - Crédit: Anne Marie Parent

Je vous parlais la semaine dernière du plaisir que j’ai eu à démythifier l’île d’Anguilla, réputée comme étant une destination pour gens riches et célèbres. J’y ai découvert des lieux d’hébergement et des restaurants à prix abordables (voir mon billet du 19 avril 2011 à ce propos).

Je retiens également de ce voyage deux belles initiatives : d’abord celle d’un Canadien, Howard Resh, spécialiste de la culture hydroponique, qui a aménagé une serre à l’hôtel CuisinArt à la demande de son propriétaire, Leandro P. Rizzuto, en 1999. Comme il n’y a pas ou peu d’agriculture dans l’île puisque la terre y est trop aride, les Anguillais doivent importer leurs aliments, principalement de Miami et d’Europe. Alors la serre hydroponique, en plus d’une ferme biologique, permet à l’hôtel d’être autosuffisant. Nous avons visité la serre pour constater l’ampleur du projet. Des rangées entières de salades, de tomates – celles de notre salade, le midi, étaient juteuses et sucrées à souhait! –, de poivrons, d’aubergines, de concombres, de fines herbes… avaient les racines dans l’eau, le principe de la culture hydroponique. Est-ce que la serre en produit assez pour les besoins de l’hôtel? Oui, et même trop, assure Rohan Maynard, responsable. « Comme on n’a pas le droit de vendre ces produits, on les donne aux employés, aux écoles, aux hôpitaux et aux églises. » Il était aussi très fier des programmes scolaires qui incluent la visite de la serre, afin de sensibiliser les enfants à ce type de culture. Visite guidée gratuite les mardi, jeudi et samedi à 11 h (pour le grand public, pas juste les touristes logeant à l’hôtel).

Les jeunes du programme de tennis à l’Académie de tennis d’Anguilla. Crédit: Anne Marie Parent

Les jeunes du programme de tennis à l’Académie de tennis d’Anguilla. Crédit: Anne Marie Parent

L’autre initiative qui m’a touchée est celle d’un Anguillais du nom de Mitch Lake. En 1996, il a eu l’idée d’enseigner le tennis aux enfants, dans un parc, projet qui est devenu l’Académie de tennis d’Anguilla. Parmi ces jeunes-là, il y avait Denny Derrick, 8 ans. Quinze ans plus tard, ce dernier est maintenant directeur du tennis de l’hôtel CuisinArt, en plus de travailler bénévolement à l’Académie de tennis à titre de chef des professionnels. L’Académie est une école et un club de tennis comptant six terrains, continuant à former les enfants dès l’âge de 4 ans. Denny le fait avec beaucoup de reconnaissance : « Je remets ainsi ce que j’ai reçu », dit-il. Le but de ce programme est de donner confiance aux jeunes, de les occuper à peu de frais, en plus de leur offrir la chance d’obtenir des bourses d’études aux États-Unis, puisqu’il n’y a pas d’université à Anguilla.

Au fait, les terrains sont ouverts à tous : les touristes qui viennent y jouer, notamment ceux qui logent dans un hôtel n’offrant pas de tennis, paient 10 $US par partie. Ils peuvent aussi faire un don. Cela contribue à la poursuite de la mission sociale du club et fournit une activité de plus aux visiteurs!

Découvrez tous les guides et cartes sur les Caraïbes.

Ce contenu a été publié dans Caraïbes, Général. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Anguilla : une île des Caraïbes méconnue, mais fascinante!

  1. Camille dit :

    Bonjour !
    J’adore le fait que ce soit un canadien, un spécialiste de la culture hydroponique qui ait aidé à implanter tous ces légumes. De plus, j’aime le fait que ce soit un local, Leandro P. Rizzuto, qui ait demandé à un étranger de l’aider dans le développement de ces aliments biologiques qui pourront aider les Anguillais à manger mieux à moindres coûts. L’hôtel CuisinArt en produit tant qu’il peut aider à alimenter les employés, les écoles, les hôpitaux et les églises, ce qui montre un très beau geste de la part des propriétaires. Comme il donne la chance à des programmes scolaires de visiter la serre, il peut ainsi contribuer à la bonne continuation de ses nouvelles idées et de ce qu’il peut emmener à l’île Anguilla.
    Le projet de l’Anguillais Mitch Lake est un projet remarquable. Je ne sais pas comment ça se passe dans ce coin là, mais d’occuper les enfants à jouer au tennis à la place de faire rien et n’importe quoi. Leur donner la chance de pouvoir aller faire des études supérieures aux États-Unis est quelque chose de remarquable, autant du côté de l’école que du côté du boursier.
    Ces deux projets sont remarquables par la détermination des gens.

    Bon voyage ! 😀

    Camille