Les Grands prix du tourisme québécois à l’heure du développement durable

Au Québec, on compte 22 régions touristiques. Comme pour les vedettes de cinéma, la province a ses oscars appelés les Grands prix du tourisme québécois. Le gala national soulignant l’excellence en tourisme aura lieu le 28 mai à Sherbrooke. Chacune des Associations régionales touristiques (ATR) présentera la crème de la crème de ses intervenants touristiques, sélectionnés lors des Grands prix régionaux.

Les lauréats du 26e gala des Grands prix du tourisme québécois – Région Montréal. Crédit: Tourisme Montréal

Signe que le tourisme responsable est à la mode – et surtout nécessaire –, le volet développement durable fait maintenant partie des critères de sélection de tous les lauréats, pour une pondération de 20 % (engagement envers le développement durable), en plus de 60 % pour l’innovation principale et 20 % pour la compétitivité globale.

Par ailleurs, un nouveau prix a été créé cette année, honorant les événements écoresponsables. Enfin, Tourisme Québec demandait à chaque ATR de réaliser son gala régional de manière écoresponsable. J’ai assisté à une de ces remises de prix, couronnant les lauréats de la région de Montréal.

Le 26e gala des Grands prix du tourisme québécois – Région Montréal, a eu lieu le 28 mars dans la nouvelle – et magnifique – salle de concert Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal. L’événement s’est classifié au niveau 3 selon la norme du Bureau de normalisation du Québec BNQ 9700-253. «Il y a en tout 5 niveaux, mais le niveau 5 n’a encore jamais été atteint», souligne Alexandra Graveline, gestionnaire – Relations publiques corporatives, de Tourisme Montréal.

On avait demandé aux participants et spectateurs de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en utilisant des moyens de transport durables. Je suis arrivée en métro puis en autobus, munie de mon invitation imprimée sur du papier récupéré. Sur place, il y avait un système de recyclage et de compostage, et on nous posait la question de notre provenance et de notre moyen de transport. Parmi les 50 finalistes, 16 lauréats ont remporté les grands honneurs de leur catégorie. Le premier récipiendaire du nouveau prix Événements écoresponsables, le Palais des congrès de Montréal, dont 34 % des événements sont écoresponsables, était en lice contre Takt-Etik et la Biosphère, musée de l’environnement.

Une chambre du gîte Atmosphère à Montréal, décorée d'une œuvre d'un artiste québécois. Crédit: Gîte Atmosphère

Le lauréat du prix Ulysse de la catégorie Hébergement – Gîtes, le gîte Atmosphère, a sûrement obtenu 20/20 pour les 20 % accordés au développement durable: il est le premier gîte au Canada à recevoir la certification 5 clés vertes et le premier à avoir obtenu l’attestation RéserVert au Québec. Les deux associations hôtelières, canadienne et québécoise, travaillent de pair afin d’encourager les hôtels et gîtes à respecter le plus possible l’environnement. Patryck Thévenard, propriétaire du gîte Atmosphère, a également mis de l’avant ses déjeuners gastronomiques trois services, différents chaque matin pour la durée du séjour de ses clients, concoctés avec des produits frais du terroir, dans le respect des allergies et même des goûts de chacun. De plus, le gîte accueille un artiste émergent pendant une année entière, exposant ses œuvres afin que les voyageurs découvrent les talents créatifs du Québec.

Je ne vous parlerai pas des finalistes de chaque Grand prix régional de la vingtaine d’ATR, mais j’ai bien hâte de connaître les lauréats des Grands prix du tourisme québécois au national, le 28 mai.


 Ulysse recommande :
 Le guide Ulysse Montréal

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Général, Montréal et ses environs, Québec. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.