Une escapade locale à Laval!

J’habite Montréal et faire des excursions près de chez moi sous-entend que je valorise les produits et services locaux, tout en ne polluant pas trop longtemps la planète pour m’y rendre! J’ai dû quand même prendre ma voiture pour aller me balader à Laval cet hiver, car je faisais plusieurs étapes et le métro ne se rend pas assez loin dans l’île Jésus!

Luge en poney . Crédit: Anne Marie Parent

Si vous êtes trop jeune pour savoir que le territoire de Laval se trouve sur cette île qui a procédé à la fusion de ses municipalités en 1965, ou si vous ne vivez pas au Québec, sachez que la ville actuelle de Laval est composée d’anciens villages et d’une zone agricole couvrant près de 30 % de l’île Jésus. On rit bien de ses centres commerciaux, mais Laval est encore très… rural!

 

L’agrotourisme à Laval
Restaurant de glace. Crédit: Anne Marie Parent

Sa ruralité est fort appréciée quand vient le temps des sucres puis des récoltes: les fermes, érablière, serres et vergers sont à quelques kilomètres seulement d’un vaste bassin de 3,6 millions d’habitants, de Montréal aux Laurentides. Il y a même un vignoble qui est le premier au Québec à avoir eu le droit d’utiliser l’appellation Château habituellement réservée aux grands vignobles européens, en raison de la somptuosité de son établissement et de sa production de vin à partir de vignes nobles. Le Château Taillefer-Lafon est ouvert au public du mercredi au dimanche. À découvrir en toute saison!

Il existe un organisme, Saveurs de Laval, qui encourage les gens à «acheter local» auprès des producteurs maraîchers lavallois, à s’inscrire à la coopérative des paniers-saveurs pour se faire livrer de bons produits frais et même à se procurer une carte-cadeau joliment appelée Carte des champs, une belle idée comme cadeau de Pâques, pour la fête des mères, pour les professeurs…

Pour repérer la plupart des entreprises agricoles sur une carte et consulter le calendrier des récoltes par noms de produits, de Ail à Zucchini, on consulte le document Les artisans de votre quartier de LAVAL TECHNOPOLE, dans le site de Tourisme Laval.

En attendant la fin de l’hiver et le retour des beaux jours pour faire de l’agrotourisme, on peut prendre son mal en patience en allant souper dans un des nombreux restaurants à Laval, en particulier à Sainte-Rose. Avant d’aller faire de la pêche sous la glace au Parc de la Rivière-des-Mille-Îles et du ski jöring ainsi que du poney-luge à la Ferme L’Auteuilloise, j’ai apprécié mon dîner au nouveau restaurant Dame Tartine, ouvert en juin 2012 à Sainte-Rose, dans une belle maison ancienne. La propriétaire met l’accent sur les produits frais et régionaux.

 

Restaurant de glace
Restaurant de glace. Crédit: Anne Marie Parent

D’ici la fin mars, il faut vivre l’expérience d’un repas au restaurant de glace Amarula de Centropolis. Cet igloo géant, construit de glace et de neige qui ne fondront pas avant sa «fermeture» annuelle, a été aménagé pour la première fois cet hiver à Laval. Ce sont les mêmes instigateurs que ceux qui ont créé le Village des neiges l’an passé à Montréal. Yannick Tremblay, cofondateur avec Carl Fugère, explique qu’ils ont eu l’idée du premier restaurant de glace en Amérique du Nord, d’abord celui de Montréal en 2012 puis le deuxième à Laval en 2013, en visitant de tels restaurants en Finlande.

Restaurant de glace. Crédit: Anne Marie Parent

Ils ont signé une entente avec l’Auberge Saint-Gabriel de Montréal, qui a «prêté» son réputé chef Éric Gonzalez pour la saison hivernale au restaurant de glace Amarula. Malgré la température ambiante de 4 °C, je me suis bien régalée : soupe de poireaux, gravelax, cassoulet de canard et dessert au chocolat servis sur des tables de glace, sur des napperons de bois. On est assis sur un bloc de glace recouvert d’une peau (d’un animal ou synthétique, je ne sais pas!), avec une couverture dans laquelle on peut s’enrouler, si on sent la fraîcheur nous gagner. Amusant: on nous recommande de choisir un vin blanc, qui se boit frais; les amateurs de vin rouge se font servir la bouteille dans un bac… rempli d’eau chaude, et non de glaçons, pour ne pas qu’il «descende» à la température de la pièce! Les fins de semaine, on nous dit que le brunch est très couru et qu’il faut réserver plusieurs jours avant.

 

Centropolis écolo

Le Centropolis, qui se donne des airs de centre-ville lavallois branché, accueille donc le restaurant de glace, mais aussi une patinoire éclairée et réfrigérée, probablement jusqu’à cette fin de semaine (16-17 mars 2013), en raison de la température plus douce des derniers jours. On y trouve près de 30 restaurants et un marché gourmand constitué de plusieurs boutiques. À essayer en avril: la nouvelle rôtisserie Pollo (poulet, en espagnol).

Par curiosité, je suis tombée sur les initiatives environnementales de Centropolis, dont l’aménagement de deux bornes de recharge de voitures électriques. Leur utilisation est gratuite jusqu’en avril 2013; par la suite, les utilisateurs devront payer 1 $/heure. On s’inscrit dans le site de Réseau VER.

Laval est une destination plus diversifiée et plus écolo que je ne le croyais!


Pour plus d’information: Tourisme Laval

Guides de voyage Ulysse: Laval

Chapitre numérique

Ce contenu a été publié dans Montréal et ses environs, Québec. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.