J’assume !

J’assume mes 60 ans, tout beaux, tout neufs, même si la barre a été psychologiquement difficile à franchir. Je m’y suis résolue car, comme me l’a dit quelqu’un peu après mon anniversaire: « Vous avez la chance de vieillir. » En effet!

Et de vieillir en santé et en énergie. C’est bien mon problème : de l’énergie, j’en ai à revendre, pour travailler encore (il le faut bien), mais aussi pour faire du plein air, m’épivarder dans la nature, rencontrer des producteurs en tout genre, de tourisme d’aventure comme du terroir.

Du plein air, j’en croque à pleines dents, à pleins poumons, à pleines enjambées, depuis mon plus jeune âge.IMG_1996 Mes parents n’étant pas du tout sportifs, ils ont eu la bonne idée de confier à d’autres le soin de nous éduquer, frères et sœurs, sur ce plan-là : natation, judo, tennis, équitation, kayak…

Chacun a choisi ce qui lui plaisait. Et surtout, dès l’âge de 7 ans, j’ai goûté aux joies du scoutisme de l’autre côté de l’Atlantique. À moi la mer, la montagne, le camping, les randonnées à vélo, les refuges, les feux de camp : le plein air, quoi, dans toute sa splendeur.

Cette passion ne m’a plus jamais quittée. Voilà pourquoi je peux bien aujourd’hui revendiquer le titre de « baby-boomeuse hyperactive ». Car je n’ai nullement l’intention de ralentir le rythme. Au contraire! Il paraît que c’est bon pour la santé. Et encore plus pour le moral!

Miroir, miroir…photoanne_pelouas

Bien sûr, comme tout le monde, je n’ai pas conscience de mon âge. Mon cerveau tarde à l’imprimer, tandis que mon corps rechigne encore… Parlons-en, du corps! La peau se relâche, les cheveux blanchissent, les rides se multiplient, comme les « ites » qui mènent chez le médecin ou l’ostéopathe (tendinite, bursite, arthrite, capsulite…) et les risques de « roses » qui les talonnent (ostéoporose, arthrose, névrose…), sans compter les petits bobos personnels. Je ne vais pas m’appesantir sur tout ça, je le jure.

anne en partance pour le nordDe toutes façons, je n’ai guère le temps. L’hyperactive ne prend pas de congés. Elle rêve sans fin de ses prochaines sorties de plein air au Québec comme de grands voyages aux quatre coins de la planète. Elle organise. Elle fait et défait ses bagages.

Et en bonne « toutologue » (titre d’un autre blogue), elle prépare son matériel de kayak, de canyoning, de randonnée, de vélo de montagne, de ski de fond, de raquettes, de randonnée alpine… sans oublier son couteau à champignons et ses casseroles de camping.

Les sports plus extrêmes? Plus tard. Pas avant 90 ans. Au cas où…

Chaque semaine, ici, suivez le guide, puis allez jouer dehors!

Les guides Ulysse vous recommandent :

4 Commentaires
  1. Emmitouflée dans la doudoune sur la dernière photo c’est :

    pour faire partie de la « fameuse secte des sportifs » ?
    pour masquer les ridules qui se creusent !
    pour cacher un sourire en coin !

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*