Ma galère à Québec

« Rame à babord »… « Trottinette avant »… mais qu’est-ce que je fais dans cette galère ? La question m’effleure l’esprit mais je n’ai pas le temps d’y répondre : en canot à glace, faut bouger et faire ce que dit le barreur, sinon…

Il y a longtemps que l’idée d’essayer ce sport de fous me trottait dans la tête : depuis qu’un des capitaines au long cours de la famille Lachance (qui font des croisières dans l’archipel de Montmagny) m’avait montré son beau canot à glace de compétition en fibre de verre. Puis, j’ai vu des coureurs s’entraîner dans les eaux glacés du fleuve, entre Québec et Lévis. Mais personne n’offrait de cours d’initiation au canot à glace au Québec jusqu’à l’hiver dernier. Il fallait que j’y goûte et je n’ai pas été déçue!

Grâce à Canot à glace Québec, rendez-vous est pris au bassin de l’Anse Brown. Canot-annepelouas5Le temps est maussade mais quand faut y’aller, faut y’aller! Bien au chaud dans le bâtiment d’accueil, on vérifie son habillement: tuque, gants, vêtements ajustés, bas et bottes de néoprène dont on bloquera les issues au Ducktape. Armé de crampons, de protections pour les tibias et genoux, on enfile sa veste de flottaison avant de filer dehors.
Première expérience d’équipe: l’échauffement.

Facile de tirer à cinq, sur 50 mètres, le long canot sur la neige, puis la surface gelée du bord de fleuve. L’heure est à l’apprentissage des manœuvres dirigées, de l’arrière, par le capitaine-barreur. Les moussaillons sont tournés vers lui, assis pour manier l’aviron en eau libre. Sur les glaces, on sera plutôt penché en avant, agrippé au bord du canot, un genou plié à l’intérieur et l’autre à l’extérieur, prêt à trottiner en jouant du crampon. Le tout en rythme !

Canot-annepelouas9

De la théorie à la pratique

A regarder de la terre ferme ce long fleuve non tranquille dont les blocs de glace tourmentés se meuvent au gré des marées, je panique un peu. Galère ? Impossible de reculer : sur ordre du capitaine, on glisse le canot sur la glace. En avant, il faut embarquer avant de toucher l’eau, puis ramer pendant que les autres trottinent à l’arrière pour pousser le canot dans les flots.

Canot-annepelouas10Le barreur crie: « rame à babord », « rame à tribord »… Un regard furtif sur le Château Frontenac, le Vieux-Québec, les falaises de Lévis… « Rame debout babord ». Oups: le rappel à l’ordre pour éviter un mini-iceberg est suivi d’un : « trottinette avant ». Le canot approche d’une zone de glace. Il faut procéder!

Les équipiers avant se retournent comme ils le peuvent, rangeant rapidement leur aviron pour se mettre en position de trottinette, puis sortir du canot pour le tirer. A l’arrière, on rame encore avant d’atteindre la zone glacée. Rien de tel pour renforcer l’esprit d’équipe. D’eau libre en passages sur glace, en une heure ou deux de manœuvres entrecoupées de pauses-photos (on n’est pas là pour se brûler), le groupe est comblé.

On se souviendra du guide, s’enfonçant dans la sloche avant de rebondir dans le canot; et moi de m’être vue assise sur un bloc de glace à côté du canot plutôt que dedans, après avoir raté une mise à genou pour patinage… Bien contente de n’avoir pas mis les fesses à l’eau !

Canot-annepelouas3

Le canot à glace…
-un exercice d’humilité invitant à apprendre de ses erreurs
-bon pour le cardio, la musculation et les étirements contrôlés
-pré-requis: ne pas avoir les deux pieds dans le même sabot = disposer d’une agilité minimale de corps et d’esprit.

Prochain billet: En Fat Bike dans les Cantons-de-l’Est

Les Guides Ulysse vous recommandent:

8 Commentaires
    • C’est tellement sympa comme activité et, avec deux guides, même si tu tombes à l’eau, tu n’y resteras pas longtemps. Ça vaut bien un spa nordique!

    • Excellente remarque ! Elle vaudra aussi pour les plaisirs aquatiques futurs… Je sens que je vais réutiliser cette bonne note de ta part !

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*