Je grouille en « multiathlon » en Haute-Savoie – épisode 1

Ce matin, j’ai été initiée au biathlon. Entre deux journées de ski alpin et une de raquettes, avant deux autres journées de ski alpin : ainsi va ma vie cette semaine en Haute-Savoie. J’y pratique le « multiathlon », une invention quasi-synonyme d’hyperactivité sportive. Autant vous dire que je n’ai pas eu le temps de souffrir du décalage horaire entre le Québec et la France.

Une nuit presque blanche pour le voyage, une micro-sieste à l’arrivée et dès le lendemain, le réveil sonnait à 7h30 pour un départ en fanfare. Direction le domaine skiable de Saint-Gervais-les-Bains. Comment résister quand le soleil est déjà au beau fixe, avec une neige bien fraîche tombée dans la nuit et un incroyable éventail de pistes à découvrir? Sans compter la mer de montagnes environnante. Je ne résiste pas, je plonge!

thumb_DSCN4708_1024

La Compagnie des guides de Saint-Gervais m’a dépêché Laurence pour guider mes premiers pas de glisse dans la station. Une perle! S’il y a bien quelque chose que j’hais en ski alpin, c’est d’être obligée à chaque remontée mécanique ou intersection de pistes de sortir la carte de la station pour trouver le bon chemin. Congé de carte aujourd’hui!

thumb_DSCN4757_1024

Grâce à Laurence, monitrice de ski émérite, j’ai même pu tenter d’améliorer un peu mon style. A la suivre dans ses larges virages, je me suis presque vue en championne. Reste quelques défauts majeurs qui semblent attachés à mes basques : « tu as les fesses plombées », a décrété Laurence.

Un comble pour moi qui n’en aie pas beaucoup (des fesses) mais je sais bien que j’ai une fâcheuse tendance à les faire ressortir en arrière en me penchant en avant dans la pente. « Et tu lis le journal? » ajoute-elle tout sourire. Un autre comble pour la journaliste que je suis. Lire le journal en ski alpin savoyard, c’est tenir ses bâtons et ses bras trop haut en avant…

Hormis ces quelques notes négatives pour mon amour-propre, qui m’ont donné pas mal de fil à retordre, cette première journée de ski alpin au « pays du Mont-Blanc » fut un vrai régal.

Du domaine skiable de Saint-Gervais, on a vue en effet sur nul autre que le Mont Blanc et une myriade de crêtes et d’aiguilles enneigées. Un décor féérique pour la glisse, surtout sous un ciel bleu permanent, avec 50 télécabines et télésièges ultra-rapides.

thumb_DSCN4755_1024

Les champs de neige couvrent des alpages d’été et c’est dans une grange du 19ème siècle magnifiquement retapée, en plein milieu des pistes, que nous ferons bombance pour le lunch. Pas de fast food au Tremplin de la Croix : que du savoyard gastronomique!

thumb_DSCN4721_1024

Au programme pour le ski: quatre secteurs tous plus emballants les uns que les autres. A ma gauche, Saint-Nicolas, avec sa Grande Épaule au-dessous du Mont Joly et de l’Aiguille Croche : cette piste rouge sur une longue crête dominant la vallée aura sur moi l’effet d’une drogue douce, à refaire plusieurs fois sur deux jours. Au centre, les pistes de Saint-Gervais et du Mont d’Arbois, avec leurs passages en forêt et leurs buttons rasés.

A ma droite, Rochebrune, dominant la vallée de Megève. Nous zigzaguerons tout un après-midi sur le flanc de cette montagne, après avoir échappé aux paparazzis (des photographes qui vous attendent en haut de la télécabine). Objectif : atteindre Côte 2000, un micro-secteur à 2014 mètres d’altitude, collé sur la montagne, avec une piste rouge dont on ne sait trop si on a les compétences de la descendre. Les jeux sont faits : du haut du télésiège, on admire une dernière fois le paysage (cher Mont-Blanc et tous ses petits amis) et on s’élance. Advienne que pourra !

thumb_DSCN4775_1024

Les guides Ulysse vous recommandent :

       

 

Un commentaire

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*