Je grouille en « multiathlon » en Haute-Savoie – épisode 2

Après deux jours idylliques en ski alpin à la station de Saint-Gervais-les-Bains, le temps du repos est arrivé… Exit les fronts de neige, c’est sur le plancher des vaches qu’on se retrouve un beau matin, attendant le fameux Tramway du Mont-Blanc, à crémaillère, qui grimpe à flanc de montagne sur les hauteurs du village. Ce jour-là, sa voiture de tête s’appelle Anne !

thumb_DSCN4781_1024    thumb_DSCN4786_1024

Au premier arrêt (Montivon), on descend déjà. Pas question de profiter des paysages sans trimer un peu. Roland, notre guide du jour, nous promet de la belle neige fraîche tandis que nous attachons nos raquettes aux pieds. Ça tombe bien car la visibilité est nulle. Autant regarder le tapis blanc de la forêt et les grands résineux chargés de neige.

Le repos, on l’oublie, c’est trop beau de crapahuter derrière Roland, à vitesse réduite, en s’aidant des bâtons pour ne pas chuter dans la pente abrupte. La grimpette sérieuse dans le bois nous emmène à un grand champ de neige. En haut, un chalet d’alpage d’été.

thumb_DSCN4812_1024  thumb_DSCN4819_1024

La pause thé est de rigueur mais sans vue. Nos belles montagnes sont dans un épais brouillard. Pas grave, on se réjouit de reprendre la marche en tournant autour de superbes fantômes. Les grands épicéas en manteau de neige couvrent le Prarion, colline sur laquelle nous monterons encore pour atteindre le haut de la station de ski alpin Les Houches. A la Tête de la Charme (le sommet), nous sommes à près de 1900 mètres d’altitude. Bilan : 500 mètres de dénivelé avalés en 3 h dans une neige folle. Du repos, on vous le dit !

Après une courte descente jusqu’au col de Voza, c’est bien l’heure tout de même d’aller s’asseoir. Direction : le snack La belle Clot, installé dans une ancienne voiture du tram du Mont-Blanc. Il y fait frisquet mais le vin chaud excellera à tenir le corps au chaud et le moral itou tout en mangeant une copieuse omelette.

thumb_DSCN4834_1024

Les cascadeuses risquent leur vie

L’altitude nous a-t-elle endormi les neurones ? Toujours est-il que notre descente en tramway à notre point de départ du matin se déroule sans anicroche. Bye bye Roland. Et nous voilà à chercher une navette pour descendre aux Thermes de Saint-Gervais pour finir la journée en beauté, dans le calme et la volupté.

Sauf que de navette il n’y a pas. Nous commençons donc à descendre sur la route à la recherche d’un arrêt de bus. Niet. Par contre, le trottoir se réduit à vue d’œil puis disparait carrément des deux côtés de la petite route sinueuse et très achalandée. Entre parapet et mince caniveau d’un bord, entre mince caniveau et paroi rocheuse de l’autre, nous progressons sur la route en prenant les virages quand il n’y a pas d’auto. Jusqu’à ce qu’un gros camion nous klaxonne à l’arrière. On pique un sprint pour aller se réfugier sur un stationnement et le laisser passer.

Tétanisées par l’expérience de cette course en avant d’un camion et sans perspective d’un arrêt de bus providentiel, les baby-boomeuses en cavale se décident à retrouver le geste (passablement oublié) de leur jeunesse : lever le pouce! Timidement au départ, puis franchement agressif… Après une dizaine de tentatives, deux charmants haut-savoyards nous prennent à leur bord et nous emmènent même au fond du grand parc où trônent les fameux Thermes du Mont-Blanc.

thumb_DSCN4828_1024Ouf : deux bonnes heures à profiter des bienfaits de l’eau thermale directement puisée du Mont-Blanc, riche en minéraux et oligo-éléments, dans le grand bassin extérieur, les bains-vapeur, le sauna… auront raison de notre énervement de kamikazes routières. Fraiches et disposes, vieilles peaux miraculeusement abandonnées derrière nous, nous reprendrons le chemin du retour. Le plus drôle de l’histoire ? Apprendre en soirée que le Tramway du Mont-Blanc descend jusqu’au bas du village, aux portes des Thermes…

Les guides Ulysse vous recommandent :

       

 

Pas de commentaire

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*