Je grouille au Club Med « alpin » de Peisey-Vallandry

Si l’hiver tire définitivement à sa fin, sachez que j’ai « essuyé » mercredi dernier une vraie tempête de neige, lors d’un séjour de ski de printemps dans les Alpes… Ce fut un vrai plaisir en même temps qu’un privilège incroyable.

Tempête de neige à Peisey-Vallandry
Tempête de neige à Peisey-Vallandry

Si le Club Med de Peisey-Vallandry, Atout France et Air Canada avaient su combien j’étais casse-cou, je ne suis pas sûre qu’ils m’auraient invitée à vivre cette expérience… Je suis néanmoins rentrée au pays entière, une fois de plus, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé de me faire remarquer par une chute mémorable lors d’une descente vertigineuse sur les pentes de l’Aiguille Rouge, l’un des plus beaux sommets du domaine skiable Paradiski.

thumb_DSCN5214_1024 thumb_DSCN5198_1024

Tout avait pourtant bien commencé. Je découvrais pour la première fois un Club Med, en montagne de surcroit, moi qui les aime toutes.

L’ambiance, très familiale, les buffets pantagruéliques, la chambre très confortable, les GO si gentils, le temps magnifique, tout pour me plaire !

Dès 9 heures le premier matin, me voilà donc sur les skis, en compagnie de huit autres personnes pour une leçon de ski (toute la journée) avec un moniteur de l’École du ski français. En route sur la croûte, c’est le cas de le dire.

La neige couvre bien les pentes mais elle est passablement glacée le matin pour finir en « sloche » avancée dans l’après-midi, sous l’effet d’un soleil dardant des rayons aussi bienfaiteurs que ravageurs.

IMG_6012
Photo: Hélène Clément

Le Massif Peisey-Vallandry-Les Arcs (200 km de pistes vertes à noires, 54 remontées mécaniques), sera notre terrain de jeu pour deux jours. Quel bonheur de glisser dans ces champs de neige encadrés par de hauts sommets avec un moniteur pour vous donner les meilleurs trucs pour améliorer son style.

Tout va bien : je corrige studieusement quelques défauts touchant au poids du corps pas assez en avant ni en aval, ni tourné vers la pente; j’améliore ma mobilité verticale; je me détends autant que faire se peut… La matinée se termine dans l’euphorie (avec un verre de sangria à l’entrée du Club Med), tout comme le sera l’après-midi.

Le lendemain matin, gonflée par trop de bonnes choses grappillées aux nombreux comptoirs des buffets (des salades aux fromages savoyards, des raclettes et tartiflettes aux desserts, incluant de délicieuses « glaces des Alpes), retour au ski room. Un gentil GO se propose de porter mes skis à l’extérieur. Il ne sera pas le dernier à m’aider… Nous filons de télésiège en télécabine en direction de l’Aiguille Rouge, à 3226 mètres d’altitude, point culminant de la station Les Arcs.

thumb_IMG_2310_1024

Le temps est au beau fixe et le panorama exceptionnel mais la piste noire, glacée, qui dévale là n’est pas pour me rassurer. Mon amour-propre aidant, je me lance néanmoins dans la pente. Ça crisse sous les skis; ça joue des carres avant de virer, puis c’est l’apaisement. Ouf !

thumb_DSCN5215_1024

Une longue piste en lacets, sur route d’été, nous permet de profiter du paysage. Las, ce sera de courte durée. La pente abrupte et glacée qui suit me sera fatale… A peine élancée, me voilà les quatre fers en l’air. J’ai raté le premier virage. Les deux skis en avant, je dévale la piste à vitesse grand V sur le dos, tentant sans succès de jouer des carres pour ralentir. Ayant grand peur des précipices que je visualise sur les côtés, je me retourne sur le ventre. Me voilà transformée en femme-araignée, raclant la neige de mes doigts crochus…

Rien n’y fait jusqu’à ce qu’une bonne trentaine de mètres plus bas, un ski se décroche, poursuivant seul sa descente. Stoppée mais toujours en pleine pente, je reprends mes esprits, avec quelques bons samaritains s’inquiétant de mon sort. Je songe à jouer les unijambistes pour rejoindre mon autre ski, arrêté au vol trente mètres plus bas par une skieuse mais décide plutôt de continuer ma descente (contrôlée) sur les fesses.

Plus de peur que de mal mais pas question de conjurer le sort le matin suivant. Direction la piscine du Club Med où m’attend un gentil GO pour un cours d’aqua-fitness. Nettement moins dangereux !

 

Les guides Ulysse vous recommandent :

   

 

2 Commentaires
  1. Super le temps ! C’est quand même plus sympa quand il fait beau le ski ! Quel bonheur cette piscine avec la vue sur les montagnes !

    Luc

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*