Je grouille en fatbike bionique

ebike-pointvue

Que voilà de belles montures, de vrais mastodontes gonflés à bloc côté pneus mais, à les regarder, on a peine à s’imaginer l’enfourchant sur une piste étroite de vélo de montagne ! Objet de luxe, en plus, vu son prix : autour de 5.000 dollars canadiens. En importation directe d’Allemagne, ce vélo de marque CUBE est la Rolls Royce du fatbike, version électrique, muni d’un moteur Bosch. Jolies couleurs, noir et vert pétant…

Je l’ai testé dans les couleurs de l’automne grâce à Audrey Leclerc, propriétaire de la jeune entreprise dtour qui organise toutes sortes de tours guidés, surtout sur mesure, dans la région de Mont-Tremblant, notamment pour ceux séjournent dans l’un des hôtels de l’Association de villégiature Tremblant mais pas seulement. Et à Pierre Patrick Roy, de e-Vélomotion, qui bichonne une douzaine de ces petits bijoux e-Fatbike. Ce n’est pas donné (45 $ pour une heure, 87$ pour deux) mais le jeu en vaut la chandelle.

dscn7265

Le Domaine Saint-Bernard, qui fut l’un de mes premiers lieux de découverte du ski de fond au Québec à la fin des années 1990, a bien changé… De ses anciens propriétaires, des moines, reste un héritage naturel fabuleux; un parc écotouristique aux multiples facettes quasiment au pied de la station Tremblant, avec de fabuleux grands pins notamment, qu’on s’en va découvrir en fatbike électrique.

J’ai déjà trois expériences peu concluantes de fatbike dans les jambes :

-un essai au cratère du Nouveau-Québec sur cailloux et neige durcie.

-une initiation au fatbike hivernal à Coaticook : dur dur de patiner sur un sentier de raquettes.

-une courte balade en fatbike l’automne dernier dans Charlevoix sur une piste de vélo de montagne.

Bilan : c’est bien lourd pour rien, ce drôle de vélo.

dscn7287

Imaginez mon appréhension avec un moteur en plus… d’autant que j’ai aussi un souvenir d’essai de vélo électrique à La Malbaie, dont la partie électrique m’avait complètement fait faux bond… Faire du vélo électrique sans le moteur, ça, c’est du sport ! Là, pas de souci, je suis entourée de pros qui pourront toujours me pousser ou me tirer… Après deux heures de magnifique balade, en montée, en descente et sur le plat, je suis conquise. C’est ludique, un peu sportif mais pas trop. Rien à voir avec une sortie de vélo de montagne très cardio mais rien n’empêche de forcer la dose à sa guise en jouant sur les vitesses ou en enlevant carrément l’électrique de temps en temps.

e-bike-domaine

Apprivoiser la bête

Très stable par rapport au vélo de montagne, ce qui est un bon avantage pour certains (dont moi dont l’équilibre est toujours précaire), ce vélo bionique à suspension avant peut vous donner des frissons avec des démarrages aux allures de lancement de fusée au Cap Canaveral. Prudence, donc, au départ, en apprenant d’abord à freiner des deux mains… Puis, on teste le maniement des vitesses du vélo et celles du petit appareil électronique qui va gérer l’assistance électrique en quatre modes : de l’éco au turbo, en passant par les modes tour et sport.

Dès le départ, on comprend qu’on n’aura rien sans rien. Pas d’assistance électrique sans pédalage digne de ce nom. Je pédale, je gagne des points bioniques; j’arrête de pédaler, le moteur se meurt. Il faut donc apprendre à gérer le pédalage, vu que la batterie n’envoie son énergie au moteur que pour amplifier votre propre mouvement sur le pédalier… comme un ressort qui vous propulserait en avant avec 25% à 300 % de puissance !

dscn7254

 

Pour être roulant, c’est roulant !

L’assistance électrique est particulièrement intéressante en montée, évidemment. Là où vous auriez peut-être mis pied à terre, vous grimpez en choisissant vous-même le niveau d’effort voulu. L’un des avantages, surtout en sentier étroit, est de permettre davantage une concentration sur la technique de fatbike que sur le cardio. Encore que gérer son pédalage et la vitesse électrique n’est pas simple en passant par-dessus des racines et des pierres…

En fin de parcours, sur un joli chemin forestier sans obstacle, il sera temps de tester les limites de la bête (qui coupe son moteur à 32 km/h, vitesse maximale autorisée au Québec). Personnellement, j’ai atteint mon max à 29 km/h et je peux dire que ça décoiffe déjà très sérieusement en forêt !

c17322d5-f320-4adf-8c84-da34c536e31b

Distancez-vous

L’un des gros avantages du fatbike à assistance électrique, c’est de pouvoir couvrir de grandes distances à moindre effort. On en voit plus pour le même prix! En deux heures, nous aurons ainsi eu le temps de découvrir une bonne partie du Domaine Saint-Bernard, de rejoindre les pistes de vélo de la Station Tremblant, de se balader le long de la rivière via la piste du Lynx, de grimper un peu en montagne, pour mieux redescendre sur la piste multifonctionnelle La Villageoise jusqu’à notre point de départ près du lac Ouimet. Avec 22 km au compteur.

Pas pour les puristes de l’effort

Les cyclistes hyperactifs n’y trouveront guère matière à faire grimper leur rythme cardiaque exagérément, à moins d’adopter la version éco de l’assistance électrique.

Le vélo égalitaire

J’aime bien l’idée, avancée par Pierre Patrick, du vélo intergénérationnel. Mettez enfant, parent, grand-parent dans le même groupe et roulez ensemble, chacun y allant de son allant personnel, en s’aidant ou non de ce qu’il a sa disposition : vitesses, niveaux d’assistance électrique, pédalier. Au retour, tout le monde aura le sourire du bonheur partagé !

Moi, la prochaine fois, promis, je traverse carrément la montagne de Tremblant, une balade de 5 heures qui me fait déjà rêver.

Les Guides de voyage Ulysse vous recommandent:

 

 

2 Commentaires

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*