Retour sur mon hiver grouillant

 

J’ai bien failli pleurer sur cet hiver bizarroïde, comme une mauvaise série télé, avec ses épisodes de belles chutes de neige, suivies de pluie verglaçante ne me laissant pas le temps de profiter d’une super-glisse, vu que comme beaucoup d’entre vous, je ne suis pas encore à la retraite !

Entre la maudite pluie en plein mois de janvier ou février, la fonte quasi-complète de la neige, puis une grosse tempête en mars, il y avait de quoi désespérer des changements climatiques. Mais à l’heure des comptes, mon bilan personnel demeure largement dans la colonne des positifs, avec plusieurs leçons à méditer, dont celle de notre nécessaire ADAPTATION aux conditions météos hivernales.

 

Leçon numéro 1 : avoir tout son équipement à portée de main pour choisir la BONNE activité hivernale au BON moment, en fonction des conditions indépendantes de notre volonté. Ski de fond, raquettes, rando alpine, marche sur neige, marche avec crampons, patins, ski alpin, fatbike et même essai de canot à glace avec Mylène Paquette… Une seule fois, cet hiver, la pluie battante m’a clouée sur un divan… avec un bon livre ! Et encore, une éclaircie m’a permis – avec d’autres bras aidants – de grimper sur le toit de mon chalet pour une séance d’exercice de déneigement-déglaçage à la pelle !

 

Leçon numéro 2 : commencer tôt en saison

J’ai débuté la mienne en ski de fond et raquettes avant Noël. Début janvier, j’étais à Killington, au Vermont, pour une superbe journée de ski alpin, et deux heures le lendemain de fatbike hivernal. Ce n’est décidément pas mon sport préféré, sans doute parce que mes performances en la matière sont limitées…

 

Leçon numéro 3 : varier les plaisirs et les projets

Mes habituelles sorties en ski de fond sur les pistes du Club Viking, à Wentworth-Nord, ont été de vraies montagnes russes, en terme de plaisir et frustration, en lien direct avec l’état de la couverture de neige et des chutes de pluie : super-glisse, glace intense, super-glisse, glace intense… au point que la raquette s’est imposée pour combler les gros trous à l’agenda hivernal.

Et puis, il y a eu la formidable équipée fin janvier de la Traversée du Saint-Laurent, avec la gang des Traversées de la Gaspésie et un groupe de malades de plein air embarqués sur un bateau de la CTMA sur le grand fleuve, de Gaspé à Montréal, avec arrêts ski de fond ou raquettes. Mes coups de cœur  ? La montée en raquette au Mont Pointu, dans la réserve faunique de Matane, et celle du sommet du Lac-des-Cygnes, au parc national des Grands-Jardins, par grand vent.

 

En février, j’ai pris la poudre d’escampette dans la neige folle du Saguenay-Lac-Saint-Jean, en raquettes dans le Parc national des Monts-Valins, puis en ski alpin à la station Le Valinouët où j’ai raffolé de ses pistes de neige naturelle.

 

 

Début mars, j’ai repris pour la deuxième année consécutive la route aérienne des Alpes pour une semaine de ski alpin dans la région de Saint-Gervais-les-Bains. Là aussi, la pluie fut au rendez-vous dans la vallée mais la neige ne manquait pas sur les pentes et, rançon de notre persévérance à braver les éléments, les derniers jours ont été éclatants de soleil, avec vue exceptionnelle sur les montagnes.

 

Après une dernière journée de vrai ski de printemps, j’ai fait le saut d’une chaîne de montagne à une autre, en traversant la France en train. Au pied des Pyrénées, pendant que le Québec vivait SA tempête de neige, moi, je batifolais en vélo, le nez au vent, en chemisette, sur la route verte, entre Saint-Girons et Foix, tout en ayant un petit pincement au cœur d’avoir raté cette tempête.

 

Leçon numéro 4 : finir tard en saison.

Dame Nature m’a finalement bien servie. Avant de partir pour la France, je croyais ma saison de ski bien finie au Québec mais à mon retour « du printemps », je suis retombée en hiver… De quoi m’en donner encore à cœur-joie en ski de fond, en raquettes et même en fatbike électrique à Tremblant. La semaine dernière, j’ai encore goûté au ski alpin très printanier à Sutton et, qui sait, Pâques approche… Je ne désespère pas d’une dernière sortie dans la neige !

 

Ensuite, je range tout et je prépare mon équipement de camping, de kayak et mes bottes de rando.

Pas vous ?

 

 

 

 

 

Les Guides Ulysse vous recommandent:

2 Commentaires

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*