Histoire d’eau : l’appétit vient en buvant

 

En ce début du mois de mai, le temps est exécrable au Québec. Je m’ennuie de la belle neige, à défaut du beau printemps… Et je rêve des Tropiques, des bains de mer, de la plongée en apnée… quand je tombe sur un article récent du Huffington Post Québec sur ce qu’on avale quand on « prend la tasse » !

Voilà qui me rassure car je nage souvent la bouche ouverte et avale régulièrement de bonnes lampées d’eau douce, en lac, et d’eau salée, en mer.

Moi qui n’ai jamais soif (ça doit être parce que j’ai plus que la normale des 55 à 65 % d’eau dans le corps) et qui dois me forcer en permanence à boire un verre d’eau de temps en temps (j’ai beaucoup plus de facilité avec les bons vins), je suis un vrai poisson dans l’eau, gobant tout ce qui passe d’aquatique sous mon museau. Ce n’est pas que je le veuille vraiment mais j’arrive difficilement à corriger cette méchante habitude de bouche ouverte. Habituellement, l’eau circule dans ma bouche et ressort aussi vite qu’elle y est entrée mais, plus souvent qu’autrement, une vague me surprend et j’avale le tout.

Le fameux tout n’est pas qu’en liquide aqueux, à en croire la photo de David Littschwager, prise à Hawaï et agrandie 25 fois. Elle est publiée sur le site Colossal. C’est beau comme un tableau… vivant !

Pourquoi cet article du Huffington Post Québec me rassure ? C’est parce que, non contente de m’abreuver à la source tout en nageant, voici que j’apprends que je me gorge aussi d’oligo-éléments, protéines animales ou végétales (dont des larves de crabe et des œufs de poisson), ainsi que quelques autres substances certes indéterminées mais qui ne sont certainement pas plus mauvaises que les aliments transformés qu’on retrouve dans bon nombre de nos épiceries et restaurants. Et celles-là sont gratuites, bien qu’insuffisantes à satisfaire mon appétit.

Après avoir écrit ces lignes, voilà qu’on me signale que cette photo virale depuis 2014 (!!) ne représente nullement une goutte d’eau mais un condensé de zooplancton se baladant dans l’eau… Ce plancton animal est soit carnivore, soit herbivore. Donc, ça ne changera pas grand chose à ma diète aquatique estivale. Je troque la goutte d’eau pour un morceau de zooplancton, les yeux fermés, la bouche béante.

Les Guides Ulysse vous recommandent:

 

2 Commentaires

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*