Planche-pédalo : mon nouveau joujou en Guadeloupe

En matière d’activités de plein air, une innovation n’attend pas l’autre. Belle occasion pour moi de tester tout ce qui bouge dans le secteur, ici comme ailleurs…

 

Je me préparais à un baptême de plongée sous-marine en mer des Caraïbes depuis Basse-Terre, la plus grande île de Guadeloupe. En fait, j’ai ma certification de plongée avec bouteilles depuis au moins vingt ans mais, malgré ma propre bouteille, je ne m’en suis pas servie depuis l’obtention du dit certificat… Je me suis plutôt reconvertie dans la plongée en apnée, histoire d’aller voir les petits poissons de près sans gros équipement et surtout sans me prendre la tête avec toutes les normes de sécurité inhérentes à la « vraie » plongée. Vu ma tête de linotte légendaire, le danger de ne pas respecter une règle qui aurait pu avoir une conséquence majeure sur ma vie/ma mort m’a fait renoncer à poursuivre dans cette voie. Intrépide mais pas téméraire ! 

 

Retour en Guadeloupe sur la plage de Malendure, près du charmant village de Bouillon. Mon bouillon à moi, ce serait la réserve marine Cousteau et son jardin de corail en mer des Caraïbes. Un baptême de plongée, finalement pourquoi pas, même si je suis déjà baptisée ? Après vingt ans sans pratique « religieuse », c’est comme si ça ne comptait plus. Comme la communion ou la confession : sans répétition périodique, c’est effacé !

 

Bref, j’ai bien fait mon baptême en pleine réserve Cousteau et pris plaisir, en compagnie d’un guide du bien nommé Plaisir Plongée Karukera, à aller au fond de l’eau taquiner une étoile de mer et un oursin (sans les toucher) et surtout à admirer les coraux et les poissons (surtout les bleus) comme jamais. Le tout sans avoir les bleus puisque mon guide attitré s’occupait de presque tout, sauf de respirer à ma place. Évidemment, la plongée en apnée ne permet pas de prendre autant son temps sous l’eau.

 

Le plus drôle, je l’ai pourtant vécu avant d’embarquer sur le bateau. Sur la plage, un homme se reposait près d’une planche bizarroïde. Ni planche à voile, ni planche à pagaie mais plutôt planche à guidon : une planche, un axe d’acier à la verticale au milieu, un guidon et des pédales rétractables…

 

Je me renseigne. La planche est de marque Hobie et se nomme Stand Up Mirage Eclipse. Je dispose de 15 minutes. Je demande à l’essayer… Me voici donc dans l’eau après deux minutes de formation éclair. Comme la planche « à pédales » est dotée d’une quille, il faut grimper dessus par l’arrière avec de l’eau à la taille. On se relève ensuite et on agrippe le guidon. A priori, ma stabilité personnelle semble meilleure qu’avec une pagaie. Reste à se propulser sans pagaie. C’est là que les pédales entrent en jeu.

 

Les pieds dessus, on a l’image d’un exerciseur de ski de fond… Je joue tranquillement des cuisses, fessiers et mollets avant de prendre un peu de vitesse. Comme le guidon ne tourne pas, c’est à l’aide de poignées de direction qu’on peut tourner et, dans mon cas, éviter le premier bateau ancré dans la baie… Je repars vers le large, accélérant le rythme et prenant vraiment goût à la chose.

 

Après avoir tourné autour de plusieurs bateaux à l’ancre, je reviens vers la plage tout en analysant ma courte expérience : en fermant les yeux, on se croirait vraiment sur une machine comme celle qui trône sur ma mezzanine et à laquelle je n’ai pas touché depuis des années, lui préférant l’entrainement au grand air dans un parc de Montréal ou le vrai ski de fond.

Nous sommes en novembre : je me dis que ce serait un excellent exercice préparatoire au ski de fond, justement. En ouvrant les yeux, évidemment, la mer des Caraïbes en maillot de bain n’a pas de prix, et surtout le bain au retour à la plage avant d’aller me faire baptiser en plongée.

Juste le temps de penser au plus de cette SUP de seulement 26 kilos: le guidon peut s’ôter et les pédales se bloquer sur la planche. Passez-moi une pagaie et je troque les muscles du bas du corps pour ceux du haut en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ! Je prédis que cette planche-pédalo, née en 2016 et qui a déjà fait une timide apparition au Québec, va y devenir tellement tendance l’été prochain sur nos lacs !

Les Guides Ulysse vous recommandent:

https://www.guidesulysse.com/catalogue/Recherche.aspx?q=guadeloupe&x=0&y=0

Pas de commentaire

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*