Ne pas oublier le vieux chum!

Mon coup de cœur des derniers mois, c’est une « petite brasserie » du Vieux-Rosemont: La Succursale. Or, ce n’est pas tant ce qu’elle offre qui m’a séduit, bien que l’endroit, son ambiance, son décor, son houblon, aussi, bien sûr, soient des plus agréables.

Tabac Old Chum dans les escaliers. © La Succursale

Tabac Old Chum dans les escaliers. © La Succursale

Ce qui m’a vraiment plu, et surpris, c’est l’attention qui a été portée, en toute discrétion, au patrimoine commercial. Le bâtiment est des plus neufs – et, franchement, bien ordinaire. Mais derrière un de ses murs, loge, à l’abri des regards, un véritable trésor d’antan, une publicité murale d’une époque révolue, celle où tabac égalait qualité et bon vivre.

Moi qui vais rarement dans ce coin de la ville – la rue Masson, dans sa partie est, très à l’est –, je découvre La Succursale après bien du monde. Je ne suis ni oenologue savant ni biérologue en herbe et ne saurai coter les produits de la maison. Par contre, le truc qui ne m’a pas échappé me semble faire de cette micro-brasserie une parmi les meilleures.

Le discret cadre dans la cage d’escalier qui mène aux toilettes n’est pas que simple décor. Il est l’empreinte du passé sur cette nouvelle adresse. On y lit, en lettres majuscules sur fond bleu,« tabac / old chum / qualité – qualité ». Il s’agit en fait de la reproduction d’une publicité murale, peinte sur l’édifice adjacent et disparue… depuis la construction du bâtiment de La Succursale.

Le cartel aux côtés de la photo de la vieille pub explique le pourquoi du comment : un incendie en 2008 chez le commerçant antérieur, une démolition, la redécouverte de la murale voisine et le goût d’en préserver sa mémoire.

Pub aujourd’hui illégale, pratique commerciale révolue, la peinture murale Old Chum, marque de la Imperial Tobacco dans la première moitié du 20e siècle, était destinée à disparaître. La voilà muette, mais immortelle, protégée par son cercueil vertical. Jusqu’au prochain incendie, sans doute. Or, quelque part, le geste des propriétaires de la brasserie, leur choix de la photographier, la préserve de l’oubli.

-30-


Ulysse vous recommande: Montréal créatif – Rosemont, Saint-Michel et Villeray (ePub)
9782765807667

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*