Des extra-terrestres bleus

Hors du Quartier des spectacles, point de salut (culturel)? Le territoire allant de Côte-des-Neiges à Saint-Michel, celui desservi par la ligne bleue du métro, est vu, parfois, comme une autre planète. Voilà que La Ligne bleue, l’organisme destiné à promouvoir la culture dans ce secteur de Montréal, propose ce premier samedi de septembre une aventure toute à son image : Foule bleue est une balade guidée audio-techno (avec iPod et autres bidules) dont les protagonistes, vous et moi, ne sont pas des terrestres.

Conçue par Le Théâtre du Futur, Foule bleue est une œuvre de fiction à vivre en temps réel, à pied et en métro, à partir de la gare Jean-Talon (métro du Parc) – à compter de 15 h. Je me suis entretenu avec Guillaume Tremblay, un des instigateurs de cette jeune troupe qui se plaît à mélanger les temps.  « Puisque demain c’est hier, tantôt n’aura jamais été autant maintenant », dit le leitmotiv du groupe derrière Clotaire Rapaille, l’opéra-rock et L’assassinat du président, deux pièces qui plaçaient l’actualité politique tout près de la fabulation.

Foulebleue

Question – Avec Foule bleue, vous passez de la scène à la rue. Est-ce un changement radical que cette aventure d’un après-midi seulement?

Guillaume Tremblay – Oui, en quelque sorte. J’aime beaucoup les plateformes à côté des plus grandes scènes. Elles permettent d’essayer des affaires et de raffiner des techniques. La rue, c’est là où la magie opère, c’est un décor formidable, mais c’est plus aléatoire. Au théâtre, quand l’acteur sort sur scène, on contrôle la lumière, le son. J’aimerais un jour faire une pièce qui commencerait dans un parc.

Q – La Ligne bleue offre déjà des balades audio en solitaire. C’est ce que vous ferez?

GT – Non. La Ligne bleue a voulu passer de l’expérience individuelle à l’expérience de groupe. On nous a donné carte blanche, en nous suggérant seulement un parcours. C’est donc une expérience de foule, même si on parle à chaque personne individuellement.

Q – Proposez-vous une visite réelle des quartiers?

GT – C’est une vraie affaire, bien qu’on essaie des choses, on expérimente. En gros, les participants sont des élus, qui viennent d’une autre planète. On leur dit où aller, mais ils ont certains pouvoirs qu’ils exercent à l’aide des mains, des pieds. On rompt bien des barrières de temps et d’espace.

Navet Confit, Olivier Morin et Guillaume Tremblay, les trois créateurs de l’audio-guide de l’événement au métro Parc

Navet Confit, Olivier Morin et Guillaume Tremblay, les trois créateurs de l’audio-guide de l’événement au métro Parc.
Crédits: La Ligne Bleue

 

Q – Mais c’est une fiction?

GT – On est à l’intérieur d’une fiction. C’est une expérience interplanétaire. Le but est de réunir deux vies parallèles. On leur parle de leur culture, on leur fait entendre la chanson no 1 du billboard de leur planète. À la gare Jean-Talon, on parle des vagues d’immigration. Au métro Édouard-Montpetit, on dit de ce personnage qu’il était un petit homme de 6 pouces très apprécié, capable d’entrer dans un pot Masson.

Q – Pourquoi seulement un après-midi?

GT – Les gens pourront le faire après, pour le trip, l’enregistrement sera encore là. Mais ce sera incomplet, parce que les effets de foule ne seront pas là et que nous n’y serons pas pour la surprise à la fin du parcours. L’idée était de faire un happening.

Q – « Puisque le passé n’existe plus et que le futur n’existe pas, autant les inventer. » Cette citation de Clotaire Rapaille [l’homme qui avait été engagé par la Ville de Québec pour refaire son image] figure en bonne place sur la page Facebook du Théâtre du Futur. Rapaille, c’est un modèle pour vous?

GT – Un membre honoraire (rires), mais il ne le sait pas. On l’aime bien parce que, tant qu’à devenir cynique et défaitiste, pourquoi ne pas tout réinventer. Autant ça n’a pas de bon sens, autant si tu penses comme lui, tu vois des choses que personne ne voit.

 


Ulysse vous recommande : Guide du Montréal Créatif

9782894645994

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*