Un patrimoine en voie de disparition

La station à l’angle des rues Sherbrooke et Jeanne-Mance. Crédit: Jérôme Delgado

La station à l’angle des rues Sherbrooke et Jeanne-Mance. Crédit: Jérôme Delgado

La station-service de quartier, cette petite entreprise à une ou deux pompes, adjacente parfois à un garage mécanique, est-elle une aberration? Une chose du 20e siècle, désormais désuète?

Je me le demande. Pas une saison ne passe sans que je constate la disparition d’un autre poste d’essence de ce type.

Le terrain de la station à l’angle des rues Saint-Denis et des Pins Crédit: Jérôme Delgado

Le terrain de la station à l’angle des rues Saint-Denis et des Pins Crédit: Jérôme Delgado

Même un piéton s’habituait à ce paysage urbain. Vous souvenez-vous de la station à l’angle de la rue Saint-Denis et de l’avenue des Pins? Il ne reste plus rien, sinon un terrain enneigé. De celle sur Sainte-Catherine à l’ombre du pont Jacques-Cartier, le bâtiment s’y trouve encore, barricadé. Le terrain est à vendre. Des condos pousseront là, sans doute, comme souvent dans ces cas.

Station à l’angle des rues Sainte-Catherine et Papineau Crédit: Jérôme Delgado

Station à l’angle des rues Sainte-Catherine et Papineau Crédit: Jérôme Delgado

On ne s’en plaindrait pas, si la disparition de ces stations avec pompiste en chair et en os était la conséquence de la chute de la demande. Moins de pétrole? Pas sûr.

Les pétrolières misent davantage sur des infrastructures en bordure des plus grandes artères, avec suffisamment d’espace non pas pour y établir un garage, mais un dépanneur-resto-lave-auto.

L’appétit vient en mangeant, non? Alors, pourquoi pas un sous-marin après avoir gazé. Le « avec service » vous manque? Le paiement à la machine, le service automatisé… C’est le progrès.

Station à l’angle des rues Christophe-Colomb et Beaubien crédit: Jérôme Delgado

Station à l’angle des rues Christophe-Colomb et Beaubien crédit: Jérôme Delgado

On ne s’en plaindra pas. Reste que ces cabanons à l’état parfois douteux faisaient partie de l’échine urbaine. Leur petite taille, leur terrain à aire ouverte, enclavé souvent au croisement des rues… Ma préférée, sur la rue Sherbrooke, a une silhouette particulière, en angles. Elle est aussi une des rares à coller le bâtiment voisin.

La station à l’angle des rues Sherbrooke et Jeanne-Mance. Crédit: Jérôme Delgado

La station à l’angle des rues Sherbrooke et Jeanne-Mance. Crédit: Jérôme Delgado

Il n’y a rien qui ressemble à ces stations. Et les tours qui les remplacent sont rarement des bijoux d’architecture. Quand quelque chose s’y construit. Autrement, c’est le terrain vague, plus insalubre que jamais.

J’ai compilé ici quatre cas au cœur de Montréal dont l’état d’abandon varie. Ces anciennes stations m’étaient familières, même si je ne les fréquentais pas. Certaines bénéficient du maquillage des taggeurs. D’autres subsistent en ville. Mais pour combien de temps? S’agit-il d’un patrimoine qu’il faudrait sauvegarder?


Ulysse vous recommande : Montréal

9782894649763

Un commentaire à propos de “Un patrimoine en voie de disparition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*