Oser l’Inde en famille: l’aventure des Girard nous inspire! 1/4

S’ils ont un air de famille, c’est que le papa , Michael (http://michaelmusique.com), est chanteur et les enfants, Sam-Éloi et Tom-Éliot sont comédiens (30 vies, Les parents, Les Argonautes, Kaboum…). La maman n’est jamais très loin puisque qu’elle travaille aussi en télé, mais derrière la caméra. Quand j’ai vu Hélène mettre ses premières photos de voyage en Inde sur Facebook, j’ai tout de suite été intriguée par ce voyage humanitaire en famille. Tout quitter pendant trois mois dans un pays si différent du nôtre avec ses deux enfants, fallait une bonne dose de courage et de témérité (en tout cas, pour moi, maman pas du tout téméraire qui le devient de plus en plus avec Petite qui vieillit). Ils ont accepté de nous raconter leur inspirante aventure et c’est Michael qui a pris la plume pour le faire.

INTRO IMG_2706

 

PARTIE 1: LES SENTIMENTS AVANT LE DÉPART

C’est habité par le désir de vivre une expérience en famille, l’envie de vivre une aventure de voyage peu commune, différente, qui allait nous déstabiliser, nous confronter, que nous avons fait les premiers pas vers un périple de 3 mois qui désormais nous ferait voir le monde autrement..

 

Tout a commencé par…

Il y a 5 ans, notre nièce s’est envolée pour l’Inde afin d’y faire du volontariat. À son retour, elle nous a fait découvrir l’école Jeunes musiciens du monde : la KSV ou kalkeri Sangeet Vidyalaya (ksv.org.in), une école aux couleurs traditionnelles, fondée il y a une quinzaine d’années par des Québécois, qui offre à de jeunes Indiens provenant de milieux plus difficiles l’accès gratuit à une éducation de qualité. La musique indienne traditionnelle leur est enseignée.

Son aventure, hors du commun, nous a captivé: se rendre à l’autre bout du monde, dans la jungle indienne, éloigné des grandes villes, offrir de son temps pendant plusieurs mois à des jeunes dans le besoin, perdre ses références, vivre à  l’ancienne et dans une autre culture… Ce voyage voulait aussi dire dormir dans une hutte, se laver à la main, ne plus avoir de confort et d’intimité, manger avec ses doigts, être rationné, ne pas choisir sa nourriture, être malade pendant des jours, vivre simplement sans consommation et sans technologie… Se contenter de peu, parfois même de rien. Mais à la fois tant recevoir et tant appendre de par l’échange pur et véritable entre les humains. Elle ne se doutait pas qu’elle venait de semer une petite pousse en nous.

 

EnfantsIMG_7724

 

Comment préparer un tel voyage

Quelques années plus tard, l’idée de partir autrement et de sortir de notre zone de confort en famille a refait surface. L’aide humanitaire et les projets communautaires nous interpellaient plus que jamais. Nous sentions comme un appel de partir afin de vivre quelque chosede nouveau, de plus grand. La KSV est revenue nous habiter avec vivacité. Nous en avons discuté en famille et tout le monde s’est emballé. Nous en sommes venus à la conclusion qu’avec un brin de folie, si nous arrivions à bien gérer nos finances et à faire des choix réfléchis, si nous prenions le temps de bien se préparer et de tout planifier, il nous était peut-être envisageable de voir notre farfelu projet se concrétiser.

La partie financière était l’une de nos plus importantes préoccupations. Comment partir pendant 3 mois faire du volontariat, sans risquer de se mettre dans l’embarras? Ce fût l’une des principales complexités auxquels nous nous sommes butés. Il faudrait faire preuve de ruse et d’audace, faire quelques sacrifices et changer certaines habitudes de vie.

 

La rencontre déterminante

Bon nombres d’inquiétudes se manifestaient également quant à nos garçons. Était-ce une bonne idée de partir dans ce pays de contrastes, vivre de manière traditionnelle dans un environnent non conçu pour les touristes, avec des enfants? C’est en rencontrant Agathe et Mathieu, les fondateurs de l’école (KSV), que nos craintes se sont estompées. Parents de 4 filles dont l’âge s’apparente à nos fils, ils nous ont démontré, pour l’avoir vécu à maintes reprises, qu’il n’y avait aucun problème à partir en famille vers cette destination. Nous sommes tombés sous le charme. C’est suite à cet échange autour d’un petit rosé que tout s’est réellement enclenché. Il nous semblait impossible de faire marche arrière. Nos 2 années de préparation se sont alors amorcées. Le projet, bien qu’embryonnaire, nous habitait déjà.

 

1620936_985647191470945_2804579742866114155_n

*** À suivre… (Angoisses, préparatifs et départ dans le prochain texte!)

Les guides Ulysse vous recommandent :

Pas de commentaire

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*